Genèse : Forum libre de discussions

Un forum de discussion libre sur divers sujets et ouvert à tous, axé sur le savoir.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
abeona
De passage
De passage
avatar

Nombre de messages : 35
Localisation : Maine et Loire
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Le mal   Sam 17 Mar - 10:50

Je me connais comme ascendeur, c'est-à-dire comme homme-Dieu.
Mon côté homme me donne envie de participer à votre jeu de jésuites.

Dieu n'est pas parce que le mal règne en maître. Un exemple significatif : il a laissé son fils bien-aimé, Jésus, mourir sur la croix.

C'est l'argument principal des athées.

A vous, les Dieux !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autocoaching.over-blog.com/
Prométhée
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Sam 17 Mar - 10:52

Bon, je m'en tiens à Lucius, qui a sagement donné les points aux Dieux (je l'ai fait parce que tu ne l'avais pas fait précédemment).

Ainsi, les points sont tels:

Humain: 350
Dieu: 150

Cette rectification apportée, je passe à l'argument d'Alpha. Alpha oriente différemment le débat. Dieu n'exite pas dans le sens 'existence dans l'univers'. Dieu n'a pas d'existence physique. Dieu existe d'une autre manière. Très bien. C'est en quelque sorte prouver l'inexistence de Dieu d'un point de vue 'physique'. J'accorde volontier 50 points cette relativisation de l'existence de Dieu et 50 points pour avoir remonter à la source du débat.

Humain: 450
Dieu: 150

Pour répondre à cette question, je dois 'prouver' l'existence de DIeu dans le monde 'physique'. Voilà comment je procède:

Dieu existe aussi dans le monde physique pour au moins une raison valable (une démonstration par l'absurde...):
-Si il n'y était pas, Si Dieu était dans une autre 'réalité', cela porterait atteinte à sa liberté, qui, étant parfait, doit être absolu. Ainsi, si il est dans une autre réalité, il ne peut librement venir dans la réalité 'physique' et en conséquence, Dieu est 'limité', 'contraint'. Or, ce ne peut être possible. Donc Dieu existe 'physiquement'.

Pour cette démonstration, je me donne pas loin de 150 points, à vous de juger humain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alpha
Actif
Actif
avatar

Nombre de messages : 313
Date d'inscription : 21/02/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Sam 17 Mar - 12:13

Reventlov a écrit:
Tout à fait, et je le soutiens toujours. Mais je sort mes arguments en fonction du côté sur lequel je me suis endormi

Non mais, c'est moi qui avais sorti l'argument, pas toi. Tu l'avais juste soutenu Laughing

Reventlov a écrit:
Ce que l'on écrit doit être cohérent ou doit être jeté. Je suis souvent étonné de me relire des mois plus tard, et surtout étonné d'avoir écris des choses que je trouve intelligentes.

Quelle modestie Smile

Abeona a écrit:
Dieu n'est pas parce que le mal règne en maître. Un exemple significatif : il a laissé son fils bien-aimé, Jésus, mourir sur la croix.

Dieu n'est pas bon et ne veut pas "le bien". Il n'est pas mauvais et ne veut pas "le mal" non plus. Perfection n'insinue pas bonté. Lorsque je pense à Dieu, je ne pense pas à un homme surpuissant tout plein de bonté qui souhaite le bien de l'humanité et qui fait tout ce qui va dans ce sens. Sinon, pourquoi avoir créer l'homme? Pour lui infliger un stress incomparable en ce qui concerne sa destinée?

Prométhée a écrit:
J'accorde volontier 50 points cette relativisation de l'existence de Dieu et 50 points pour avoir remonter à la source du débat.

Il ne faut pas donner 50 points aux humains, cela va à l'encontre de mon discours. J'ai spécifié que dire "Dieu existe" ou "Dieu n'existe pas" est erroné. Donc en fait, il ne faut accorder de points à aucun des camps, mais plutôt leur enlever chacun. Les deux camps, ensemble, ont été attaqué.

Prométhée a écrit:
Si il n'y était pas, Si Dieu était dans une autre 'réalité', cela porterait atteinte à sa liberté, qui, étant parfait, doit être absolu. Ainsi, si il est dans une autre réalité, il ne peut librement venir dans la réalité 'physique' et en conséquence, Dieu est 'limité', 'contraint'. Or, ce ne peut être possible. Donc Dieu existe 'physiquement'.

La méthaphysique est vide de sens: l'homme se fatigue, ou plutôt se distrait à analyser un domaine dont il ne sait absolument rien. Même le principe de cause première, que je revendiquais dans un autre topic, est absurde: le système de causalité ne s'appliqué qu'à l'intérieur de la création, pas à l'extérieur (du moins, on en sait rien).

L'homme ignore ce qui se passe dans une réalité indépendante du temps et de l'espace. Il n'est même pas sûr d'avoir éclairci les principes de bases de l'univers, et veut s'aventurer dans une réalité qui n'a aucun rapport avec celle où il vit.

Dire que Dieu posséde une quelconque liberté, c'est exagéré à mon sens. J'attend d'avoir les avis des autres.

Alpha.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R. Giskard Reventlov
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 770
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Sam 17 Mar - 16:00

La cause et l'effet. On ne peut contrôler la perception que les autres ont de ce que l'on écrit, mais on est responsable lorsque l'on écrit. La meilleure méthode de prophylaxie est la désinfection.

Je me retire d'internet, parce que je refuse le nivellement par le bas, et je n'ai aucun désir d'y participer.


Dernière édition par le Dim 26 Aoû - 2:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R. Giskard Reventlov
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 770
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Sam 17 Mar - 16:18

La cause et l'effet. On ne peut contrôler la perception que les autres ont de ce que l'on écrit, mais on est responsable lorsque l'on écrit. La meilleure méthode de prophylaxie est la désinfection.

Je me retire d'internet, parce que je refuse le nivellement par le bas, et je n'ai aucun désir d'y participer.


Dernière édition par le Dim 26 Aoû - 2:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alpha
Actif
Actif
avatar

Nombre de messages : 313
Date d'inscription : 21/02/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Sam 17 Mar - 16:43

Reventlov a écrit:
Sources?

J'ai une grande mémoire sans qui je ne serais certainement pas ce que je suis aujourd'hui. Je t'envoie les sources par mp Smile

Alpha.


Dernière édition par le Dim 18 Mar - 11:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R. Giskard Reventlov
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 770
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Sam 17 Mar - 17:21

La cause et l'effet. On ne peut contrôler la perception que les autres ont de ce que l'on écrit, mais on est responsable lorsque l'on écrit. La meilleure méthode de prophylaxie est la désinfection.

Je me retire d'internet, parce que je refuse le nivellement par le bas, et je n'ai aucun désir d'y participer.


Dernière édition par le Dim 26 Aoû - 2:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucius Junius Brutus
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 05/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Sam 17 Mar - 18:54

Raventlov ton argument sur le christ ne va pas dans le sens de l'argumenation Dieu existe.
Et puis quoi merde tu pourrai être un peu solidaire avec ton fiston! Moi ce que je dits c'est que tu l'a mal élevé. Déjà jeune c'était un vrai rebelle il a foutu le bordel chez les marchands tu temple, un vai anar j'te dits. Et après de multiples délits et récidive il a finit crucifié par Ponce Sarkolate qui luttait contre l'insécurité.
Tout ça c'est parce que tu a été un mauvais père pas assez attentif Evil or Very Mad

Ahem... bon reprenons

Citation :
Bon, puisqu'il faut tuer toute velléité de "tuer" Dieu, voici l'argument suprême. Dieu doit être défini pour que l'on puisse avancer des arguments visant à nier son existence.

Dire que "???" n'existe pas est une aberration. Cet argument admet la réciprocité, bien sûr, et il est donc tout aussi aberrant d'affirmer l'existence de Dieu sans définir de quoi on parle.

Deuxième point : utiliser la notion d'existence est un anthropomorphisme. Je crois qu'il est plus juste de parler de "principe spirituel superposé au principe matériel". C'est à dire lier le principe matériel à un principe spirituel, extérieur à lui, par un lien de causalité.

Soit le principe spirituel existe et le principe matériel peut exister, soit il n'existe pas et le principe matériel ne peut exister. Or notre conscience s'exprime dans la cartésienne affirmation : "je pète, donc je pue". Il s'ensuit que si cela est possible, le principe spirituel existe bel et bien en logique et pourquoi pas en réalité.

Troisième point : Certain ici, on voulu nier le principe de causalité en l'inscrivant dans le temps. Or ce principe ne nécessite pas le temps pour s'affirmer. Avons-nous un exemple de causalité non liée au temps? Oui, bien entendu, et cela dans un domaine que l'intéressé lui-même - que la puissance de Dieu fasse tomber sur ses parties génitales la malédiction de l'épilation maillot jusqu'à la treizième génération - affirme comme le seul capable de décrire l'univers sans contradiction possible : les mathématiques.

Démonstration :

• pour qu'un nombre existe, il faut déclarer l'unité comme vecteur d'une valeur non nulle.

• Il s'en suit que sans l'unité (le principe spirituel), aucun nombre (le principe matériel), non nul n'étant pas l'unité, ne peut exister.

• Il s'en suit également que l'existence de l'unité n'est pas dépendante de l'existence des autres nombres, contrairement à ce qu'il en est pour les autres nombres que l'unité. Il n'y a pas d'autre Dieu que Dieu.

• La causalité de la cause à l'effet sans réciprocité est donc démontrée sans que le temps n'intervienne.

Conclusion : N'est-ce pas là, Messieurs du jury, la preuve évidente du lien de cause à effet entre le principe spirituel et le principe matériel?

Il n'appartient pas à la défense de définir la cause incausé, le principe spirituel, il lui suffit de donner un exemple concret d'un de ses effets.

Là-dessus, R. Giskard Reventlov se dresse du haut de ses 3 mètres 80 (79, en fait). Sa carrure est impressionnante et l'assistance est pétrifiée par l'assurance froide de son regard. Son bras puissant se lève, et au bout de ce bras, un doigt aux articulations parfaitement synchrones se déplie. Dans un mouvement à la fois rapide et précis, il désigne soudain le bureau du procureur, et il dit : "Ecce homo". Le procureur recule d'effroi et comme Adam prit en flagrant délit de mensonge, ses yeux implore son créateur. La sanction tombe, immédiate, dans la chute de la pilosité pubienne du procureur ... au fond de son caleçon.

Que personne ne parle après Dieu, de peur que dorénavant il ne parle par l'anus et ne défèque par la bouche.

Je trouve cette démonstration superbe et j'accorde 150 points aux dieux

Mais... (et oui parce qu'il y a toujours un "mais" avec des casses couilles dans mon genre Razz )

D'accord la causalité n'intervient pas seulement dans le temps. Il y a peut être un principe supérieur qui se soustrait au temps et qui le définit.
Mais dans ton exemple:

Citation :
Conclusion : N'est-ce pas là, Messieurs du jury, la preuve évidente du lien de cause à effet entre le principe spirituel et le principe matériel?

Ton principe "spirituel" (l'unité) qui est la cause du principe matériel (le nombre) peut très bien avoir un principe pour cause. La cause qui définie l'unité. Et ce même principe peut avoir sa propre cause et ainsi de suite... et tout cela dans une chaine infinie de causes et de conséquences cheers

Ainsi il n'y a aucune périphérie à l'espace, aucune périphérie au temps, aucune périphérie à aucunes dimension. Car chaque principe a sa cause qui l'engendre (son "principe-cause" je l'appelerai) et lui-même engendre une conséquence (allez soyons fou, je l'appel "principe-conséquence")
Dans cette chaine infinie de cause et de conséquence il n'y a donc aucun principe originelle aucun principe premier qui déterminerait tout les autres. Et donc Dieu étant, selon vous, ce fameux principe originelle, il n'existe pas. Il n'y a que le réel cheers

Après ça je ne vois plus qu'un argument pour les déistes.
Et tant pis pour la malédiction génitale jusqu'à la treizième génération Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R. Giskard Reventlov
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 770
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Dim 18 Mar - 3:59

La cause et l'effet. On ne peut contrôler la perception que les autres ont de ce que l'on écrit, mais on est responsable lorsque l'on écrit. La meilleure méthode de prophylaxie est la désinfection.

Je me retire d'internet, parce que je refuse le nivellement par le bas, et je n'ai aucun désir d'y participer.


Dernière édition par le Dim 26 Aoû - 2:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R. Giskard Reventlov
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 770
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Dim 18 Mar - 5:01

La cause et l'effet. On ne peut contrôler la perception que les autres ont de ce que l'on écrit, mais on est responsable lorsque l'on écrit. La meilleure méthode de prophylaxie est la désinfection.

Je me retire d'internet, parce que je refuse le nivellement par le bas, et je n'ai aucun désir d'y participer.


Dernière édition par le Dim 26 Aoû - 2:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prométhée
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Dim 18 Mar - 5:41

Lucius a mis des points, je les note...

Humain:450
Dieu:300

Ah! Vous êtes épuisant à suivre... Je sais plus où mettre de points. Dans le contre-argument de Lucius, d'une part, ça me paraît bien mériter 100 points.

Humain:550
Dieu:300

Rappelons que le premier à 1000 gagne.
Bon, ais-je oulier quelqu'un?
Abeona, avec son entrée en matière, je lui accorde 50 points, et 50 pour Reventlov et sa réponse.
Donc:

Humain:600
Dieu:350

Un peu d'ordre, please, et Reventlov, donne des points parfois, tu as le droit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucius Junius Brutus
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 05/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Dim 18 Mar - 6:22

confused mais tu n'as pas répondu à mon argument Reventlov.

Citation :
La réalité de la voiture crée également la réalité probable de l'accident, indépendamment de la volonté de la voiture. C'est pareil pour Dieu.

Je suis bien d'accord la cause n'a pas besoin de la conséquence pour exister.

Citation :
• L'unité est indépendante de ce qu'elle induit. Elle ne nécessite pas une périphérie, elle l'a défini comme une induction de sa propre réalité (valeur non nulle).

Toujours d'accord c'est ce que j'ai dits. Mais l'unité peut être induite par quelque chose d'autre:
exemple pour les maths:
...=> ? => ? => ? => unité => nombre => ...

En fait l'unité que tu appel principe spirituel, ne peut être qu'un maillon de la chaine du réel. Une chaine qui n'a pas de fin. Un principe est toujours induit par un autre. Et cela dans toute dimension (temps, espace,...) et dans tout degré de réalité. Le principe dimension lui même n'échappe pas à la règle vu que l'existence de la dimension peut être induite par un aute pincipe lui même induit par un principe etc... je ne sais pas si j'ai été clair.

Citation :
Tu peux ergoter en niant le principe de causalité, mais tu n'arrivera pas à l'annihiler. Tout simplement parce que tes tentatives de le faire sont déjà la résultante d'une causalité.

En fait je n'ai pas nier l'argument de causalité c'est tout le contraire. Je crois que l'incompréhension vient de là.
Donc la contre-argumentation ne portant pas sur mon argumentation ne fonctionne pas.


Maintenant pour les Dieux; soit ils rebondissent sur mon argument du principe de causalité valable à tout les degrés du réel.
Soit ils apportent un nouvel argument de l'existence de Dieu sur un autre terrain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cioran
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 666
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Dim 18 Mar - 6:40

Donc, si je suis bien, on en est à "un dieu existe parce qu'une cause première existe surement".En fait j'aimerais être dans le camp des dieux, c'est plus facile. Ainsi, je pourrais tourner tous mes arguments ainsi : "il y a des choses que vous ne savez pas, d'autres que vous ne comprenez pas, d'autres auxquels vous n'aurez jamais accés : vous aurez beau me chasser de votre modèle théorique de l'univers, je trouverai toujours une fosse dans laquelle me cacher et exister, et même, je pourrais l'emplir entièrement".

Malheureusement, me voilà contraint à prouver l'inexistence de dieu. Comme le chat qu'on citait plus haut, on n'est jamais sûr qu'avant d'ouvrir la boite, il n'y avait pas dieu, qui s'est changé en chat pour l'occasion une fois la boite ouverte. Dieu pourrait donc bien être partout où l'on a pas d'accés (le fin fond de l'univers, la cause première, une boite de nuit trop classe). Je me demandais s'il fallait que j'explore tout ceci et que je le montre au monde pour prouver que dieu n'existe pas, mais ce serait trop long.

Il me faut donc admettre qu'il existe, donc, mais seulement dans tout ce à quoi nous n'avons pas accés. Je trouve juste dommage de vous la péter et d'appeler ça dieu, plutôt que "l'inconnu". Y'a bien eu une tentative avec père noel, mais au final, la définition de dieu, semble être, selon les déistes "tout ce dont on ne peut prouver l'inexistence". Et donc, plutôt qu'un argument qui me donnerait des points, je réclame une pénalité pour vice de forme et trucage rhétorique. Si ce jeu existe, il faudra aux organisateurs admettre que tous les participants ont une chance de gagner, et que donc, on puisse prouver que dieu n'existe pas. Or, si l'on peut le prouver, c'est que c'est vrai. Sinon, pourquoi vous ca&sseriez vous la tête à prouver son existence, alors même que personne n'arrivera à prouver le contraire.

Ainsi, les déistes ne croient pas en dieu. Ils tentent de prouver quelque chose qu'ils savent faux. Ils tentent de "créer" dieu, ce qui suggère qu'il n'existe pas encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucius Junius Brutus
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 05/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Dim 18 Mar - 7:33

Je suis tout à fai d'accord que le terme Dieu devrait être appelé inconnu par les déistes, et pour moi toute l'erreur se situe là.

Sinon dits-toi que ce topic est juste un jeux de rhétorique visant à savoir bien utiliser et tourner des arguments même si on en est pas convaincu.
D'ailleurs il n'a pas une très grande "validité philosophique" car j'ai l'impression qu'il y a surtout des athées et des agnostiques dans les deux camps.
Cela dits on a quand même vu passer des arguments intéréssants je crois Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cioran
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 666
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Dim 18 Mar - 7:37

ben je jouais, aussi, mais j'aurais préféré prendre en cours aux arguments d'Aristote ou de Descartes que je connais bien et qui m'ont toujours bien fait rire (ça, c'est pas un argument philosophique).

En fait ça n'a peut-être pas été clair, mais mon post précédent est ma participation au jeu, et j'utilise l'existence du jeu et sa remise en cause dans mon argumentation, tout en restant dans le jeu.

D'ailleurs, je me rends compte que je fais ce que je faisais lorsque je pratiquais un athéisme militant, plutôt que de s'attaquer à dieu qui est fuyant, je m'attaquais aux croyances et à la religion, qu'on a un espoir de remttre en cause. Me voilà donc non pas à prouver qu'aucun dieu n'existen, mais que ceux qui affirment le contraire se trompent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R. Giskard Reventlov
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 770
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Dim 18 Mar - 11:29

La cause et l'effet. On ne peut contrôler la perception que les autres ont de ce que l'on écrit, mais on est responsable lorsque l'on écrit. La meilleure méthode de prophylaxie est la désinfection.

Je me retire d'internet, parce que je refuse le nivellement par le bas, et je n'ai aucun désir d'y participer.


Dernière édition par le Dim 26 Aoû - 2:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R. Giskard Reventlov
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 770
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Dim 18 Mar - 11:47

La cause et l'effet. On ne peut contrôler la perception que les autres ont de ce que l'on écrit, mais on est responsable lorsque l'on écrit. La meilleure méthode de prophylaxie est la désinfection.

Je me retire d'internet, parce que je refuse le nivellement par le bas, et je n'ai aucun désir d'y participer.


Dernière édition par le Dim 26 Aoû - 2:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prométhée
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Dim 18 Mar - 13:40

Lol... Vous me croirez pas, mais j'en peux plus là.
Comment m'en sortir dans ce méandre de preuve, de contre-preuve, de surpreuve, de dépreuvation, de déprevabe, de preuvitude ( queen ),....

C'était évidemment un jeu, et, il demandait un peu d'ordre. C'était juste pour
'viser à savoir bien utiliser et tourner des arguments même si on en est pas convaincu.' (Lucius).
Et voilà le type d'argument que j'attendais (en rapport total avec ce qu'a dit Lucius, vous le remarquerez tous):
• Je rentre mon pénis dans le vagin, puis je sors mon pénis du vagin (les variations sont celles où on remplace le pénis et/ou le vagin par ce que l'on veut. Par exemple, je nique le joint du frigo).(Reventlov)

Bon. Je sais plus par où commencer parce que j'ai pas trop vu où tout se finit. Alors mon jeu semble terriblement se ramasser au fur et à mesure que le temps passe...

J'annonce donc que je me retire définitivement de cette conversation et que je tenterais ultérieurement d'inventer un autre jeu. Les humains remportent la manche, avec 600 points.

Bravo, l'humanité!
Je tiens à remercier, par ordre de passage:
Homer
Radechan
Reventlov
Lucius
Alpha
Abeona
Cioran

Pour leur participation au jeu.
Bye.
Bonne continuation dans cette conversation catastrophiquement chaotique et fatalement sans fin.


Dernière édition par le Dim 18 Mar - 15:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
homer
Visiteur
Visiteur
avatar

Nombre de messages : 16
Localisation : mer
Date d'inscription : 14/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Dim 18 Mar - 15:02

Ceci est sans doute un jeux intelligent, je pourrais presque le comparer aux échecs, mais voila que le fameux jeu d'échec lui même est souvent joué d'une manière lourde avec la motivation de s'affirmer intellectuellement.

Quel est le but du jeu ?

Beaucoup répondrons que le but de ce jeu serait d'aiguiser nos facultés de réflexion et d'analyse, de passer un bon moment et bien entendu, de gagner.

Cette façon de faire m'a toujours éloigné du jeu, car il n'a jamais été pour moi question de décimer mes forces et celles de l'adversaire sans que cela soit nécessaire. Une sorte de gaspillage dans l'échange des pièces maîtresses ou des pions.

Ce cache dans les échecs une symbolique souvent ignorée.

64 cases.
La manière de jouer est tout d'abord déterminée par la façon dont on considère l'échiquier, les pièces, et les déplacements spécifiques de chacune d'elles.
Chaque joueur se trouve dans la position du roi a la tête de son armée. A ce titre, il lui importe non seulement de gagner la bataille, mais autant que possible en conservant le plus grand nombre d'homme, cad de pièces : les siennes mais aussi celles de l'adversaire, pas de victimes inutiles.
Cette manière de concevoir le jeu se caractérise donc d'entrée par un respect des pièces des deux couleurs.

Allons plus loin.
on peut ensuite considérer les 16 pièces comme la représentation des diverses composantes de notre être.
Le roi représente l'esprit, et la reine "l'âme". Ce sont les principes qui dominent notre existence. Tout deux peuvent bouger dans toutes les directions. Le roi est cependant limité a une seule case a la fois. En effet, l'esprit est le principe vital qui dirige, ordonne l'activité de toutes les pièces, de tous les aspects de l'individu. Il domine le temps, mais pas l'espace. D'où la dimension limitée de ses déplacements. "L'âme", par contre, est un principe lié à l'espace, à l'infini, qui fait le pont entre l'esprit et la matière. A ce titre elle est très active, très mobile.

Toujours selon cette conception symbolique, les trois pièces suivantes: le fou, le cavalier et la tour ­ représentent l'intellect, le cœur et le corps physique. C'est pour cela qu'il y en a deux de chaque, le monde matériel étant celui de la polarité : bien/mal, existence/mort, etc., alors que le spirituel est un monde d'unité. Nos pensées, nos sentiments et nos actes peuvent être influencés consciemment ou inconsciemment, par la lumière ou par l'ombre.
Le fou se déplace en diagonale, il biaise, sur une seule couleur. C'est pour cela qu'il est plus efficace quand il est associé au fou complémentaire. A la cour, le fou du roi était celui dont les propos étaient un mélange de vérités biaisées, énoncées sur le ton de l'ironie, de l'humour ou de l'apparente folie. L'intellect a aussi cette tendance à biaiser, à ruser, il ne reste pas de lui-même sur le droit chemin. Et il est plus efficace quand nous utilisons conjointement les facultés respectivement analytique et synthétique des deux hémisphères cérébraux.
Ensuite, le cavalier (ou le cheval) représente le cœur. Son déplacement a d'ailleurs quelque chose "d'irrationnel". " Le cœur a ses raisons " C'est la seule de ces trois pièces à se mouvoir dans huit directions dont elle est le centre . Cette menace circulaire, par rapport à celle linéaire du fou, correspond bien au sentiment qui est un monde d'émanation alors que la pensée est une forme de radiation. La pensée, comme la lumière, s'arrête à la surface des choses, leur apparence, comme le fou peut être arrêté par une pièce sur sa diagonale. Mais le sentiment pénètre les choses, va en profondeur, comme le cheval qui peut sauter par dessus les autres pièces et s'introduire au milieu des positions adverses. On ne peut pas limiter son rayon d'action.
La tour, édifice en pierre, est la pièce la plus éloignée du roi, l'esprit, et elle représente le corps : c'est d'ailleurs la pièce la plus longue à mettre en action, mais aussi la plus puissante des trois dans la matière, puisque c'est son monde. Elle quadrille (les 4 directions) l'échiquier de façon redoutable !

Si le roi est l'esprit et la tour le corps, le roque prend à son tour une dimension symbolique très intéressante.
Le roi avance exceptionnellement de deux case dans la direction d'une tour, et celle-ci vient se placer contre lui, de l'autre côté. Symboliquement l'esprit s'enfonce dans la matière pour permettre au corps d'évoluer plus rapidement. Ce mouvement surprenant est une illustration remarquable du principe d'involution et d'évolution. C'est parce que le roi, l'esprit, accepte d'involuer, de se limiter, que le corps physique, la tour, peut évoluer, s'élever vers l'esprit et transcender ses propres limites.
Le pion est lui aussi une expression de nous-mêmes, de la volonté qui nous pousse à aller de l'avant, à évoluer. C'est le soldat ordinaire, qui a peu de moyens. Il ne peut qu'aller tout droit, sans possibilité de recul : sa marche est inéluctable. C'est seulement pour " manger " un adversaire qu'il emprunte occasionnellement une case en diagonale. Mais, malgré ses faibles possibilités, il porte en lui des germes. En effet, s'il persévère dans son avance jusqu'à la dernière rangée, il est promu au rang de reine. Il y a 7 cases à franchir pour atteindre cette promotion qui conduit à la maîtrise intérieure. Un initié est son propre roi. Le fait que le pion ne devienne au mieux qu'une reine, et non un roi, indique qu'il reste assujetti à un principe supérieur, l'Esprit.

donc, cette "partie", ne peux être "catastrophiquement chaotique", car ce serait omettre l'utilisation de certaines pièces par le roi, et dans cette vue, comprendre que ce roi fait ce qu'il fait par rapport a ce qu'il crois, et on ne pourrais lui en vouloir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prométhée
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Dim 18 Mar - 15:04

Mince...
Je rattrape mon erreur, je t'avais oublié Homer... Je te note au-dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucius Junius Brutus
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 480
Date d'inscription : 05/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Dim 18 Mar - 15:04

Ainsi donc les dieux jetent l'éponge il y a donc victoire sur tapis vert des humains 3-0 cheers

On est les champions, on est les champions, on est on est, on est les champions!!!
Et 1 et 2 et 3-0!


La conclusion de ce topic est que le seul Dieu dont l'existence est indiscutable est ZIDANE

lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
f u c h s i a
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 653
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Dim 18 Mar - 15:12

Ah !!! super

J'adore cette comparaison avec le jeu d'échec.

Bravo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pronto
Membre
Membre


Nombre de messages : 124
Date d'inscription : 21/02/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Dim 18 Mar - 16:44

Petite rectification pour Zidane , il a changé de grade, c 'est plutot un demi dieu maintenant lol , grace à son joli coup de boule à 5 min de sa retraite sportive.
Ca c est intelligent Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R. Giskard Reventlov
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 770
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   Dim 18 Mar - 17:38

La cause et l'effet. On ne peut contrôler la perception que les autres ont de ce que l'on écrit, mais on est responsable lorsque l'on écrit. La meilleure méthode de prophylaxie est la désinfection.

Je me retire d'internet, parce que je refuse le nivellement par le bas, et je n'ai aucun désir d'y participer.


Dernière édition par le Dim 26 Aoû - 2:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
abeona
De passage
De passage
avatar

Nombre de messages : 35
Localisation : Maine et Loire
Date d'inscription : 03/03/2007

MessageSujet: Face aux théistes   Lun 19 Mar - 4:24

Non, ce n'est pas un argument face aux théistes.

Laissons de côté la question de Jésus, qui n'est qu'un exemple.

Je parle du mal. Comment Dieu pourrait-il exister ou être et persévérer en temps que Dieu tout en tolérant le mal, c'est contradictoire à son essence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://autocoaching.over-blog.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Petit jeu de rhétorique: Dieu vs homme.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Psaume 8. Majesté de Dieu et dignité de l’homme
» L'homme qui se prenait pour Dieu.
» Une religion sans Dieu. Les Droits de l’Homme contre l’Evangile !
» SELON DIEU, POURQUOI L'HOMME REFUSE JÉSUS POUR AVOIR LA VIE?
» Yéchoua, Dieu fait homme ou homme parfaitement accompli?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Genèse : Forum libre de discussions :: Les rubriques du savoir :: Spiritualité-
Sauter vers: