Genèse : Forum libre de discussions

Un forum de discussion libre sur divers sujets et ouvert à tous, axé sur le savoir.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'école, berceau des névroses modernes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Cioran
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 666
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: L'école, berceau des névroses modernes   Jeu 26 Juil - 10:26

L'enseignement national est apparu très tard dans l'histoire de l'humanité. Il est évident que pour la société cela a grandement bousculé les choses, en bien, et chaque individu en profite donc. mais je commence à me demander si cette forme de vie est positive à l'individu (malgré qu'elle soit obligatoire).
D'un point de vue pessimiste, on prend des enfants qui ne demandent qu'à jouer, et à apprendre les choses nécessaires de la vie (trouver à manger, à boire, reconnaître les dangers, se faire des amis, se trouver un compagnon, avoir du sexe avec lui, se trouver un foyer etc.) et à la place on les enferme, littéralement, contre leur gré, des heures durant, en compagnie de personnes qu'ils n'aiment pas forcément, pour leur apprendre des choses qui ne leur servent que dans un contexte donné (ex : les sciences et la littérature).
L'école, d'un côté, c'est necessaire et indispensable, et on y apprend tout ce qui fait qu'on va ressembler à nos parents. Imaginez que vous ayez vécu toutes votre jeunesse à la campagne à apprendre à chasser pour vous nourir et à jouer avec vos copains, l'école serait la pire punition qu'on pourrait vous infliger. D'ou ces absurdes mascarades qu'utilisent les parents et l'école elle-même, pour rendre l'école attrayante. Bien souvent, des mensonges. On ne dit pas à un enfant : "tu vas à l'école parce que c'est la loi, tu y apprendras de quoi avoir un métier, et toute façon on n'a pas le temps de te garder".
Car le but ultime de l'école est de forger le citoyen, le vivier de demain, les élites comme les gens "d'en bas", pas parce que les enfants ont envie de travailler, mais parce que si on ne leur apprend pas à le faire, ils deviennent une gène. Pour gagner sa guerre économique, la France a besoin de cerveaux, d'entrepreneurs et de main d'oeuvre, et elle sait parfaitement comment les obtenir dans la quantité voulue.


Bref, je vois l'école comme le premier sacrilège fait à notre essence d'être humain, le premier pas vers la névrose et toutes les souffrances qui l'accompagnent. Sauf, peut-être, la télévision, qui peut venir nous pervertir encore plus tôt.
Puisqu'il est impossible de supprimer l'école, il faut donc bien apprendre aux gens à vivre en n'étant pas humains dans un corps d'homme. Et c'est là, selon moi, qu'interviennent les protoypes Nietzschéens, Houellebecquiens ou scifiens d'handicapés du sentiment et de la conscience, qui a réussi à adapter son métabolisme à ce qu'on attend de lui. Le surhomme n'est pas l'homme qui dépasse l'homme, mais une nouvel entité capable de survivre paisiblement à cette vie de fou.[strike]


Dernière édition par le Lun 3 Sep - 11:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radéchan
Actif
Actif
avatar

Nombre de messages : 309
Age : 35
Localisation : Dans le pot de moutarde... (Dijon!)
Date d'inscription : 05/03/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Jeu 26 Juil - 16:08

Je suis maso! J'ai adoré l'école! C'est pas mes parents qui auraient pu m'apprendre tout ce que j'y ai appris. C'est parfois mal foutu, mal adapté, mais le concept d'école est une bonne chose. Il y a des profs qui savent comprendre les enfants et leur ouvrir l'esprit pour devenir des humains. Qu'est-ce que tu proposerais à la place de l'Ecole?

_________________
Vivre simplement pour que simplement, d'autres puissent vivre. (Gandhi)

Quand les pêcheurs font la grêve, les poissons dansent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cioran
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 666
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Ven 27 Juil - 0:27

Rien, comme je disais, je ne pose pas la question dans le but de remplacer l'école.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R. Giskard Reventlov
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 770
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Ven 27 Juil - 1:23

La cause et l'effet. On ne peut contrôler la perception que les autres ont de ce que l'on écrit, mais on est responsable lorsque l'on écrit. La meilleure méthode de prophylaxie est la désinfection.

Je me retire d'internet, parce que je refuse le nivellement par le bas, et je n'ai aucun désir d'y participer.


Dernière édition par le Dim 26 Aoû - 2:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
geveil
Actif
Actif


Nombre de messages : 215
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Ven 27 Juil - 5:10

J'aime bien ton analyse, Cioran, et je suis d'accord avec toi,RGR, quand tu dis que beaucoup trop de profs ne sont pas motivés. J'en connais même qui humilient et insultent les enfants. Si tu pouvais me faire nommer ministre de l'EN, Dieu, je t'assure que je changerais cela; ( Voir mon programme sur mon blog [url]gweil.unblog.fr[/url] )

Je pense que les profs devraient être la crème de l'humanité.
Mais comme me rétorquais quelqu'un à ce souhait, il n'y en aurait pas beaucoup.

Avez-vous lu, tous, " Une société sans école" de Yvan Illich ? Moi pas, mais je vais me procurer ce livre de ce pas.

Salut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alcibiade
De passage
De passage
avatar

Nombre de messages : 55
Date d'inscription : 12/08/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Ven 17 Aoû - 4:16

Citation :

D'un point de vue pessimiste, on prend des enfants qui ne demandent qu'à jouer, et à apprendre les choses nécessaires de la vie (trouver à manger, à boire, reconnaître les dangers, se faire des amis, se trouver un compagnon, avoir du sexe avec lui, se trouver un foyer etc.) et à la place on les enferme, littéralement, contre leur gré, des heures durant, en compagnie de personnes qu'ils n'aiment pas forcément, pour leur apprendre des choses qui ne leur servent que dans un contexte donné (ex : les sciences et la littérature).

Je ne suis pas sur qu'à 6 ans les enfants aient envie de faire l'amour avec leurs petits copains, et d'ailleurs ils n'en sont pas capables. Je ne suis pas sur non plus que manger, boire, bai***,etc, (c'est à dire une vie de Sardanapale Laughing ) remplace efficacement l'éducation traditionnelle. Qu'auront nous sinon des illétrés débiles ? Bref j'ai du mal à croire au sérieux de ce message pale
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gillou11
De passage
De passage
avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Ven 24 Aoû - 14:05

bonsoir....l'enseignement que nous recevons je l'avoue n'est guère attrayant au premier abord mais sa qualité vient de celui qui distille celui ci....comme vous le soulignez si bien...

je rajouterai que le travail est devenu un modèle intégrateur dans notre société, la femme est au travail extérieur non plus par besoin économique, mais par besoin social et à partir de là le modèle familial bascule, l'enfant aussi:

livré plus à lui même, son esprit est moins jalonné par la mère...la notion de travail devient rébarbative car celui ci enlève le lien mamalien très tôt, trop tôt...

de ce fait l'image du travail et de l'école en patie de plus belle surtout si l'encadrement de nos cherubins devient aléatoire, car si l'on est au travail, on ne peut élever ses enfants et leur donner gout au savoir et à l'école.

je ne suis pas retrograde au point de soumettre les femmes au foyer...oui mais les hommes aussi!!!

je m'explique: ce cadre doit être complet et seule la femme ne suffit pas non plus, l'homme doit revenir au front de l'éducation des enfants pour jalonner ceux ci...

peut être un aménagement du temps de travail du couple serait nécessaire...à developper

personnellement pour mon premier, j'ai pas été un super papa, ni un super mari...mais à la seconde j'ai changé de métier, pris du temps et aujourd'hui mes petits dévorent les livres, courent pour aller à l'école...
le savoir , c'est aussi un jeu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
désirade
Visiteur
Visiteur


Nombre de messages : 10
Age : 45
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Lun 27 Aoû - 7:17

l'école est ce que l'on en fait.
elle rend agressif et compétitif pas toujours dans le bon sens.
elle apprend la vie en société, elle en est une représentation.
le savoir passe par le jeu.
le savoir passe par le corps.
une emprunte corporelle chez le tout petit (à partir de 3 ans) est capitale et nécessaire afin d'apprendre.
mon fils lit toutes les voyelles et il aura 4 ans début octobre.
il les a apprises en lettre capitale, dans l'espace par son corps et leur représentation et avec un dessin + son mot associé.
cette méthode est compatible avec le programme scolaire. cheers

ne me dites pas c'est trop ... pourquoi alors les enseignants auraient le droit de les évaluer et même de les classer comme bon, mauvais ou élève délinquant ? scratch

mon fils aime lire et apprendre. study
nous lui lisons des histoires et lui faisons écouter de la musique depuis qu'il était dans mon ventre.
les doses sont très petites, pas plus de 5 mn de lecture et pas tous les jours.
les exercices de moyenne section de maternelle en durée ça doit être autant ou 2 à 3 mn de plus. Et aussi pas tous les jours.

ne me suis-je pas éloignée du sujet ? Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gillou11
De passage
De passage
avatar

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 24/08/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Mar 28 Aoû - 8:21

non, l'école commence par le plus jeune age, nous nous devons, parents de donner une image bonne et valorisante de celle ci...

il y aura toujours des moutons noirs...il faut faire avec, à nous de les blanchir...prouver qu'en souvrant vers les autres, l'école ne sera plus un berceau de tous les vices mais un parcours nécessaire à la vie en société, car nous sommes malgré tout des animaux sociaux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arnold.jack
Actif
Actif
avatar

Nombre de messages : 283
Date d'inscription : 25/03/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Mer 29 Aoû - 3:48

Cioran écrit au début du post :

Citation :
« Bref, je vois l'école comme le premier sacrilège fait à notre essence d'être humain «

Bigre ! Comment vois-tu cette « essence » de l’être humain ?

Sur mon site, je projette ma devise « Amour, bien-être, lucidité » et pour moi, c’est là moyen et but du devenir humain. Je crois que l’école est un moyen de réaliser cette devise. Est-ce le moyen le meilleur ? A discuter.

En France, depuis l’obligation scolaire on a eu un ministère de « l’Instruction Publique » puis un ministère de « l’Education Nationale ».

Savoir pour comprendre et maîtriser son environnement. Etre éduqué à la santé, à la maîtrise de soi, au respect des autres dans l’opposition comme dans la coopération …

Rien n’est parfait, beaucoup de concepts sont fluctuants au gré des évènements, mais l’école n’est-elle pas au centre du développement de l’humanité en devenir ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cioran
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 666
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Mer 29 Aoû - 4:38

Si bien sûr. L'école est l'école de la société, du modernisme, celle qui transforme de petits animaux en adultes formatés à la société. D'un côté c'est necessaire, parce que personne ne peut y survivre sans l'éducation adéquate. D'un autre côté, cette école de la société qui n'est pas l'école de la vie amène avec ses avantages ses inconvénients. Notemment, à l'état naturel, quand un endroit ou un groupe ne te satisfait pas, tu vas plus loin. A l'école, il n'en est pas question. Tu y rentres, tu y restes, tu dois t'y plier. Généralement ça se passe bien, des fois non.
La société en elle-même fonctionne sur le même principe, avec plus de libertés. Elle apporte toute les merveilles de la société moderne, la technologie, la médecine, la science, la culutre, l'art, mais traine avec elle ses rejetons ingrats : enfermement, dépression, maladies mentales, maladies physiques (je pense toujours à l'obésité, on peut aussi citer les alergies). Le mental est un élément somme toute assez fragile, et toute la modernité du monde met aussi en place les éléments susceptibles de réparer ou de contre-balancer ses effets néfastes : café, alcool, vitamines, sport, psychiatrie, drogues, anti-dépresseurs...De quoi réparer le mal nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
désirade
Visiteur
Visiteur


Nombre de messages : 10
Age : 45
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Lun 3 Sep - 5:04

l'école est obligatoire mais pas nécessaire sinon les autodidactes seraient inutiles ou inexistants !

d'autres méthodes d'enseignements sont là et utilisées : Montessouri, Steiner, Freiner ...

aujourd'hui beaucoup trop de parents imaginent que s'ils ne sont pas à la hauteur, l'enseignant ou l'assistante maternelle ou une autre personne sera là afin de prendre la reélève : C'EST FAUX !!!

l'enfant se construit avec pour exemple en 1er lieu : l'adulte, son parent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
désirade
Visiteur
Visiteur


Nombre de messages : 10
Age : 45
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Lun 3 Sep - 5:04

la relève Embarassed bien entendu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bitteulse
Membre
Membre


Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 02/03/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Lun 3 Sep - 5:21

Cioran a écrit:
Si bien sûr. L'école est l'école de la société, du modernisme, celle qui transforme de petits animaux en adultes formatés à la société. D'un côté c'est necessaire, parce que personne ne peut y survivre sans l'éducation adéquate. D'un autre côté, cette école de la société qui n'est pas l'école de la vie amène avec ses avantages ses inconvénients. Notemment, à l'état naturel, quand un endroit ou un groupe ne te satisfait pas, tu vas plus loin. A l'école, il n'en est pas question. Tu y rentres, tu y restes, tu dois t'y plier. Généralement ça se passe bien, des fois non.
La société en elle-même fonctionne sur le même principe, avec plus de libertés. Elle apporte toute les merveilles de la société moderne, la technologie, la médecine, la science, la culutre, l'art, mais traine avec elle ses rejetons ingrats : enfermement, dépression, maladies mentales, maladies physiques (je pense toujours à l'obésité, on peut aussi citer les alergies). Le mental est un élément somme toute assez fragile, et toute la modernité du monde met aussi en place les éléments susceptibles de réparer ou de contre-balancer ses effets néfastes : café, alcool, vitamines, sport, psychiatrie, drogues, anti-dépresseurs...De quoi réparer le mal nécessaire.

Je rajouterais que l'Ecole n'est pas un problème en soit. C'est un trés beau principe à la base... En particulier l'école de Jules FERRY et son idée d'une éducation pour toutes les classes sociales. Le problème c'est que cette école de Jules FERRY (encore pertinente jusque dans les années 50) est inadapté au monde économique d'aujourd'hui. Des années d'études pour se retrouver...
Au chomage. Vous trouvez ça normal ?
Ce n'est pas le principe de la scolarité qui est à remettre en question, mais son adequation à la réalité socio-économique du monde d'aujourd'hui.

EDIT : J'me suis rendu compte que je ne répondait pas à la question du topic Rolling Eyes . Désolé... J'avais juste besoin de répéter mon opinion sur la question de l'école. C'est un sujet qui me tient à coeur car je me sens victime de ce système. Bref...
Pour ce qui est de l'école comme berceau de tout les vices..
Ce n'est à mon avis pas un contexte plus propice au vices qu'un autre. En particulier si on oppose le vice à la vertue. Je n'sais pas trop à vrai dire...
Car ça me renvoie d'abord à une autre question...Une question plus importante à mon avis :

Comment naissent les vices ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mephisto
De passage
De passage
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 71
Localisation : catalanunya
Date d'inscription : 02/09/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Lun 3 Sep - 11:21

désirade a écrit:

aujourd'hui beaucoup trop de parents imaginent que s'ils ne sont pas à la hauteur, l'enseignant ou l'assistante maternelle ou une autre personne sera là afin de prendre la reélève : C'EST FAUX !!!

l'enfant se construit avec pour exemple en 1er lieu : l'adulte, son parent.


Tout à fait d'accord avec toi ; beaucoup de parents démissionnent et se rejettent sur les éducateurs . Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cioran
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 666
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Lun 3 Sep - 11:39

Pour répondre à ton edit bitteulse, mon sujet est débile toute façon, les vices naissent au berceau, et l'école fait partie des premiers souvenirs qu'on a. Statistiquement, c'est normal que les deux correspondent. Je devrais le renommer, et je vais le faire de ce pas : le berceau des névroses modernes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mephisto
De passage
De passage
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 71
Localisation : catalanunya
Date d'inscription : 02/09/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Mer 5 Sep - 13:19

Après le constat pessimiste de certains membres de ce forum , je pense que l'on a commencé à dévaloriser l'école à partir des années où il fut décider que tous les élèves devaient faire des études secondaires .

Comme autrefois , seul un tiers des élèves est capable de faire de longues études

On nous rebat les oreilles avec le pourcentage de réussite au bac ; si un jeune se présente chez un employeur et que lorsqu'on lui pose la question :" quel diplome , possédez-vous?" et qu'il répond :" le BAC ", je crois que beaucoup de portes lui sont fermées.

Ce qui est désolant , ce sont les parents qui prennent leurs enfants pour des bêtes à diplomes et décident en leur lieu et place du métier qu'ils exerceront ( ce n'est pas une majorité , j'en conviens ; mais j'en connais parmi mes proches .Cela existe , hélas ?)

Personnellement , j'aimais bien les études ; bien que ma mère me répétait quand j'étais petit : " tu n'es pas sage ; attends quand tu iras à l'école , tu vas te faire dresser " ; Bel exemple pour motiver un gamin .

Mon épouse et moi avons utilisé une autre méthode , nous disions à nos enfants : " si tu n'es pas sage , tu n'iras pas école " ; eh bien , ils ont tous les 3 réussi dans la vie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
geveil
Actif
Actif


Nombre de messages : 215
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Jeu 13 Sep - 3:49

Je distingue dans les messages qui précèdent, les idées suivantes:

- Celle de Cioran, l'école, berceau de tous les vices
- Celle de ceux qui ont aimé l'école; Pour eux c'est un lieu d'insertion sociale.
- Ceux qui disent que l'école est indispensable, mais que ce sont ses méthodes qui sont dépassées.

Dans tout cela, il n'y a que Cioran qui parle d'humanité. Et je le rejoins. L'école pour tous, imposée par Jules Ferry, se proposait d'enseigner des avoir faire et aussi des valeurs ( C'est ce qu'on dit, mais je me suis laissé dire qu'elle avait surtout pour but de lutter contre les écoles populaires organisées par la Commune).

Quelles valeurs ?

Les valeurs de la république, liberté, égalité, fraternité.

Or qu'en est-il, dans l'enseignement secondaire, surtout ,

L'enfant est-il libre ( Dans la limite bien sûr des règles à respecter pour vivre en société ) comme ceux de Summerhill ? Non !

Y a-t-il égalité des chances à l'école? Non!

Enseigne-t-on la fraternité à l' école secondaire ? Non! On y enseigne la compétition ( Par le système des notes, en particulier ), le chacun pour soi, et même les profs ne travaillent pas en équipe.
Les élèves dévaforisés, socialement ou intellectuellement, sont montrés du doigt et intègrent le sentiment d'être des incapables, d'où la violence dont ils font preuve comme seul moyen d'expression.
Bravo, la fraternité !

Et comme le dit un prof en IUFM et en Ecole Normale, l' EN n'a jamais eu d'objectifs clairement défini.

Pour moi, il devrait n'y en avoir qu'un: l'épanouissement de la personne humaine, dont tous les sous-objectifs découleraient:
- créer un environnement permettant d'exercer, sa logique, son habileté manuelle, ses sens auditif, esthétique, gustatif, olfactif, tactile;
- encourager à la coopération et au dialogue,à la prise de parole en public, bref, à la vie relationnelle.
- apprendre à reconnaître et exprimer ses émotions, même négatives sans agresser autrui,
- etc, etc.

Vous me direz: "C'est aux parents à apprendre tout cela".

Tout à fait d'accord, et certains y réussissent, comme ceux qui ont témoigné sur ce forum, mais la majorité est formatée pour une société de consommation, pour la possession et non pour l'être.

Alors que peut-on attendre d'eux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bitteulse
Membre
Membre


Nombre de messages : 96
Date d'inscription : 02/03/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Ven 14 Sep - 9:18

geveil a écrit:
Je distingue dans les messages qui précèdent, les idées suivantes:

- Celle de Cioran, l'école, berceau de tous les vices
- Celle de ceux qui ont aimé l'école; Pour eux c'est un lieu d'insertion sociale.
- Ceux qui disent que l'école est indispensable, mais que ce sont ses méthodes qui sont dépassées.

Dans tout cela, il n'y a que Cioran qui parle d'humanité. Et je le rejoins. L'école pour tous, imposée par Jules Ferry, se proposait d'enseigner des avoir faire et aussi des valeurs ( C'est ce qu'on dit, mais je me suis laissé dire qu'elle avait surtout pour but de lutter contre les écoles populaires organisées par la Commune).

Quelles valeurs ?

Les valeurs de la république, liberté, égalité, fraternité.

Or qu'en est-il, dans l'enseignement secondaire, surtout ,

L'enfant est-il libre ( Dans la limite bien sûr des règles à respecter pour vivre en société ) comme ceux de Summerhill ? Non !

Y a-t-il égalité des chances à l'école? Non!

Enseigne-t-on la fraternité à l' école secondaire ? Non! On y enseigne la compétition ( Par le système des notes, en particulier ), le chacun pour soi, et même les profs ne travaillent pas en équipe.
Les élèves dévaforisés, socialement ou intellectuellement, sont montrés du doigt et intègrent le sentiment d'être des incapables, d'où la violence dont ils font preuve comme seul moyen d'expression.
Bravo, la fraternité !

Et comme le dit un prof en IUFM et en Ecole Normale, l' EN n'a jamais eu d'objectifs clairement défini.

Pour moi, il devrait n'y en avoir qu'un: l'épanouissement de la personne humaine, dont tous les sous-objectifs découleraient:
- créer un environnement permettant d'exercer, sa logique, son habileté manuelle, ses sens auditif, esthétique, gustatif, olfactif, tactile;
- encourager à la coopération et au dialogue,à la prise de parole en public, bref, à la vie relationnelle.
- apprendre à reconnaître et exprimer ses émotions, même négatives sans agresser autrui,
- etc, etc.

Vous me direz: "C'est aux parents à apprendre tout cela".

Tout à fait d'accord, et certains y réussissent, comme ceux qui ont témoigné sur ce forum, mais la majorité est formatée pour une société de consommation, pour la possession et non pour l'être.

Alors que peut-on attendre d'eux ?

Si seulement Xavier DARCOS et Valérie PECRESSE pouvaient lire ce message...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mephisto
De passage
De passage
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 71
Localisation : catalanunya
Date d'inscription : 02/09/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Ven 14 Sep - 9:39

Tu es vraiment "optimiste" géveil

Lorsque la majorité des hommes n'avaient pas accès à l'enseignement , ils étaient taillables et corvéables à merci.

C'est vrai que si , sur le papier , nous naissont égaux en droit , dès la naissance nous n'avons pas tous les mêmes chances .

En ce qui me concerne :

- Je suis en bonne santé
- Je n'ai jamais connu le chomage
- Niveau instruction : j'étais bien au dessus de la moyenne (NB: ne prenez pas cela pour de l'auto-satisfaction)

Je suis né dans une famille nombreuse , mon père était garde d'usine ( 7 à la maison ) ; je ne suis donc pas riche , mais disons "aisé"

Si l'école n'avait pas existé , je ne serai pas devenu cadre commercial en banque.

Comme le disait Claude Allègre , il faut "dégraisser la mammouth " ; mais essayez un peu de réformer en profondeur ce corps de "dinosaures". La place de ministre de l'Education n'est pas enviable.

Le principal reproche que je fais à l'EN : envoyer des jeunes qui sortent de l'IUFM directement au casse-pipe ; alors qu'il vaudrait mieux qu'ils aient acquis quelques années d'expérience dans des endroits moins " à risques "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
geveil
Actif
Actif


Nombre de messages : 215
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Ven 14 Sep - 16:03

Mephisto a écrit:
Tu es vraiment "optimiste" géveil
Optimiste, pessimiste ou réaliste?

Citation :
Lorsque la majorité des hommes n'avaient pas accès à l'enseignement , ils étaient taillables et corvéables à merci.
La majorité des travailleurs contemporains n'est-elle pas taillables et corvéable à merci ? Smile

Citation :
Je suis né dans une famille nombreuse , mon père était garde d'usine ( 7 à la maison ) ; je ne suis donc pas riche , mais disons "aisé"

Si l'école n'avait pas existé , je ne serai pas devenu cadre commercial en banque.
Donc, tu as socialement réussi. Bravo et tant mieux Et tu ne peux que T'en féliciter, puisque, si j'ai bien compris, tu n'es pas né dans un milieu qu'on peut qualifier de "favorisé".

Mais j'ai lu dans une de tes interventions que tu t'intéresses à la méditation et à la maîtrise de l'ego.

C'est donc que tu ne te contente pas de ta réussite sociale.

J'ai un ami qui comme toi a été cadre dans une banque; C'est un très chic type; Il n'en demeure pas moins que lui, toi, le système banquaire et l'ECOLE, êtes des serviteurs du capitalisme contemporain que je considère comme destructeur.

Pour reprendre la formule lapidaire que j'ai déjà citée, je crois: l'Ecole sert à intégrer nos enfants à la société qui les désintégrera.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cioran
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 666
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Ven 14 Sep - 16:43

Oui, c'est important de le noter. L'école prépare à la guerre du travail (vision pessimiste), bien sûr elle élève, mais elle le fait parce que ceux qui n'y seront pas passés ou l'auront raté seront inadaptés à la société qui a forgé l'école. En gros, l'éscole sert à s'élever non pas pour vivre mieux, mais pour ne pas périr. Il n'est pas question d'élever les esprits pour créer l'âge d'or de l'humanité mature, il est question d'élever la future chair à cannon qui servira pour la guerre économique.
Le reste, ça s'apprend soit par hasard à l'école, soit c'est enseigné à l'extérieur. Lorsque l'enfant a fini sa journée de cours, la moitié du travail est fait, il lui reste à apprendre la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
geveil
Actif
Actif


Nombre de messages : 215
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Sam 15 Sep - 3:03

Je suis très content, mon cher Cioran, de t'avoir à mes côtés ( A a droite, bien sûr king )
Cioran a écrit:
L'école prépare à la guerre du travail , elle le fait parce que ceux qui n'y seront pas passés ou l'auront raté seront inadaptés à la société qui a forgé l'école. En gros, l'éscole sert à s'élever non pas pour vivre mieux, mais pour ne pas périr.
Et encore ! Ne pas périr tout de suite........
Citation :
Il n'est pas question d'élever les esprits pour créer l'âge d'or de l'humanité mature, il est question d'élever la future chair à cannon qui servira pour la guerre économique.
Et la tête à canon ( de beauté) bom
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mephisto
De passage
De passage
avatar

Nombre de messages : 31
Age : 71
Localisation : catalanunya
Date d'inscription : 02/09/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Sam 15 Sep - 8:22

geveil a écrit:
Mephisto a écrit:
Tu es vraiment "optimiste" géveil
Optimiste, pessimiste ou réaliste?

REPONSE :Disons plutôt : désabusé

Citation :
Lorsque la majorité des hommes n'avaient pas accès à l'enseignement , ils étaient taillables et corvéables à merci.
La majorité des travailleurs contemporains n'est-elle pas taillables et corvéable à merci ? Smile

REPONSE :Excuse mon erreur , je pensais que le Français du XXI° siècle était plus heureux que le serf du Moyen-Age

Citation :
Je suis né dans une famille nombreuse , mon père était garde d'usine ( 7 à la maison ) ; je ne suis donc pas riche , mais disons "aisé"

Si l'école n'avait pas existé , je ne serai pas devenu cadre commercial en banque.
Donc, tu as socialement réussi. Bravo et tant mieux Et tu ne peux que T'en féliciter, puisque, si j'ai bien compris, tu n'es pas né dans un milieu qu'on peut qualifier de "favorisé".

Mais j'ai lu dans une de tes interventions que tu t'intéresses à la méditation et à la maîtrise de l'ego.

C'est donc que tu ne te contente pas de ta réussite sociale.

J'ai un ami qui comme toi a été cadre dans une banque; C'est un très chic type; Il n'en demeure pas moins que lui, toi, le système banquaire et l'ECOLE, êtes des serviteurs du capitalisme contemporain que je considère comme destructeur.

Pour reprendre la formule lapidaire que j'ai déjà citée, je crois: l'Ecole sert à intégrer nos enfants à la société qui les désintégrera.

REPONSE : il fut un temps où les intellectuels de gauche déclaraient : "Il vaut mieux avoir tort avec Sartre que raison avec Aron ".

Souviens toi ce que disait Churchill : " Le régime parlementaire est le pire de tous , après tous les autres ".

Le système capitaliste n'est pas parfait , j'en conviens ; mais le communisme a amené la misère ; soyons réalistes .

C'était Thomas MORE qui avait inventé UTOPIE ; il n'a pas gardé sa tête sur les épaules.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
geveil
Actif
Actif


Nombre de messages : 215
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   Sam 15 Sep - 9:48

Le régime capitaliste dans ses débuts, peut-être, c'était l'époque des entrepreneurs ( Encore que, il faut voir la façon dont ils traitaient les ouvriers).

Mais ce qu'il est devenu.

Si tu ne tiens pas à poursuivre cette discussion, nous pouvons en rester là, nous nous reverrons sur d'autres sujets;
Mais si tu ne crains pas d'être amené à changer de croyance, je t'invite, avant que de poursuivre, à lire les livres suivants:

" Le capitalisme sans répit" de Jean-Michel Saussois,
" Anti-manuel d'économie" de Bernard Maris,
" L'avenir du capitalisme" de Jean-Luc Gréau,
" Objectif décroissance" aux éditions "Parangon",

Bien cordialement , Géveil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'école, berceau des névroses modernes   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'école, berceau des névroses modernes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Darcos au Sénat et l'école maternelle (vidéo)
» [6ème] De l'école au collège
» Nouvelle école à Amiens
» Article du Monde sur le portable à l'école.
» L’Egypte ou le Mystère d’Horus - 1ere Partie - L'école des mysteres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Genèse : Forum libre de discussions :: Les rubriques du savoir :: Sciences sociales-
Sauter vers: