Genèse : Forum libre de discussions

Un forum de discussion libre sur divers sujets et ouvert à tous, axé sur le savoir.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Ecole

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
musichien
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 276
Age : 24
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Ecole   Dim 27 Mai - 12:18

Un traumatisé des gammes? Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvano
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 139
Localisation : Citoyen du Monde
Date d'inscription : 13/04/2007

MessageSujet: Re: Ecole   Lun 28 Mai - 3:33

musichien a écrit:
Mmm, non, je ne crois pas qu'il faille qu'on apprenne seulement ce qu'on aime. Rien que parce-qu'on ne sait souvent pas ce qui est bon pour nous: celui qui ne fout rien de l'année en terminale se rend-t'il compte des conséquences de son redoublement?

Tout vient à point à qui sait attendre. La vie n'est pas une course. Je connais quelqu'un qui n'a rien foutu à l'école. Elle a arrêté à seize ans lorsque ce n'était plus obligatoire. A vingt ans elle à compris qu'elle voulait être autre chose qu'un boulet ignare, elle voulait être esthéticienne. Aujourd'hui elle possède son institut.

Citation :
Et puis comme je l'ai mis ailleurs, on ne sait pas non plus forcément ce qu'on aimera plus tard, avec de la pratique.

Si mes camarades s'écoutaient, la plupart n'iraient pas en cours du tout. Serait-ce raisonnable pour autant?

J'ai écrit supprimer les notes pas l'école obligatoire ! Shocked

Citation :
Et même pour quelquechose qu'on aime bien, on ne va pas forcément se forcer à travailler.
Enfin, si la compréhension est le plus important, à un certain moment, la connaissance est nécessaire aussi...


La connaissance sans compréhension c'est comme une valise sans poignée. lol!

Citation :
Je ne sais pas si supprimer les notations est vraiment une bonne idée. Je pense même que pour ceux qui veulent apprendre c'est nécessaire. Ca permet quand même de voir les progrès qu'on fait ou si au contraire on a finalement pas compris un truc.
Quand j'étais au collège, et surtout au lycée je n'attendais que ça, d'avoir des notes, surtout dans les matières que j'appréciais. Par exemple en français, en philo, histoire ou anglais je pensais avoir compris une leçon et quand je voyais mes notes c'était la désillusion. Alors ça me permettait de revoir ma leçon, réfléchir à ce que je n'avais pas compris pour la prochaine interro.

Ha les habitudes tenaces ! Franchement le rôle du professeur c'est justement d'expliquer aux élèves ce qui va et ne va pas. Pas besoin de notes pour ça.

Citation :
Je voudrais juste ajouter que supprimer les diplomes c'est aussi plutôt moyen. Outre le fait que malgré une floppée de diplomes c'est parfois dur de trouver du travail, c'est aussi gratifiant de se dire qu'après avoir bossé des mois on est récompensé par un diplome

Qu'est-ce qui est le plus gratifiant ? Un bout de papier ou se dire qu'on à réussi sa vie ? Il existe quand même des valeurs supérieures à d'autres, le diplome n'est qu'un jet de poudre aux yeux.


Cela dit je vous comprends vous n'avez semble-t-il jamais rien connu d'autre que les notes et les diplomes alors si on évoque le fait de supprimer une des bases de votre cadre de référence vous semblez penser que tout s'écroule. Mais essayez de voir les choses différemment, faîtes un pas de côté, la vie n'est pas rectiligne. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sylvano
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 139
Localisation : Citoyen du Monde
Date d'inscription : 13/04/2007

MessageSujet: Re: Ecole   Lun 28 Mai - 3:34

musichien a écrit:
Mmm, non, je ne crois pas qu'il faille qu'on apprenne seulement ce qu'on aime. Rien que parce-qu'on ne sait souvent pas ce qui est bon pour nous: celui qui ne fout rien de l'année en terminale se rend-t'il compte des conséquences de son redoublement?

Tout vient à point à qui sait attendre. La vie n'est pas une course. Je connais quelqu'un qui n'a rien foutu à l'école. Elle a arrêté à seize ans lorsque ce n'était plus obligatoire. A vingt ans elle à compris qu'elle voulait être autre chose qu'un boulet ignare, elle voulait être esthéticienne. Aujourd'hui elle possède son institut.

Citation :
Et puis comme je l'ai mis ailleurs, on ne sait pas non plus forcément ce qu'on aimera plus tard, avec de la pratique.

Si mes camarades s'écoutaient, la plupart n'iraient pas en cours du tout. Serait-ce raisonnable pour autant?

J'ai écrit supprimer les notes pas l'école obligatoire ! Shocked

Citation :
Et même pour quelquechose qu'on aime bien, on ne va pas forcément se forcer à travailler.
Enfin, si la compréhension est le plus important, à un certain moment, la connaissance est nécessaire aussi...


La connaissance sans compréhension c'est comme une valise sans poignée. lol!

Citation :
Je ne sais pas si supprimer les notations est vraiment une bonne idée. Je pense même que pour ceux qui veulent apprendre c'est nécessaire. Ca permet quand même de voir les progrès qu'on fait ou si au contraire on a finalement pas compris un truc.
Quand j'étais au collège, et surtout au lycée je n'attendais que ça, d'avoir des notes, surtout dans les matières que j'appréciais. Par exemple en français, en philo, histoire ou anglais je pensais avoir compris une leçon et quand je voyais mes notes c'était la désillusion. Alors ça me permettait de revoir ma leçon, réfléchir à ce que je n'avais pas compris pour la prochaine interro.

Ha les habitudes tenaces ! Franchement le rôle du professeur c'est justement d'expliquer aux élèves ce qui va et ne va pas. Pas besoin de notes pour ça.

Citation :
Je voudrais juste ajouter que supprimer les diplomes c'est aussi plutôt moyen. Outre le fait que malgré une floppée de diplomes c'est parfois dur de trouver du travail, c'est aussi gratifiant de se dire qu'après avoir bossé des mois on est récompensé par un diplome

Qu'est-ce qui est le plus gratifiant ? Un bout de papier ou se dire qu'on à réussi sa vie ? Il existe quand même des valeurs supérieures à d'autres, le diplome n'est qu'un jet de poudre aux yeux.


Cela dit je vous comprends vous n'avez semble-t-il jamais rien connu d'autre que les notes et les diplomes alors si on évoque le fait de supprimer une des bases de votre cadre de référence vous semblez penser que tout s'écroule. Mais essayez de voir les choses différemment, faîtes un pas de côté, la vie n'est pas rectiligne. Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zélateur
De passage
De passage
avatar

Nombre de messages : 27
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Ecole   Mer 30 Mai - 16:28

Bon alors je vais d'abord donner mon point de vue sur le premier fait, en disant au passage que pour ma part les " perles du bac " de saintpierremeister m'ont bien fait rire. J'ai que 20 ans, je suis pas un mordu des textos et des autres utilisations frénétiques du langage SMS, je lis pas énormément mais comparé aux personnes de mon âge de mon entourage et bien je suis sûrement celui qui lit le plus. La lecture et l'écriture, voilà tout ce que j'aimais dans les cours de Français, allez savoir pourquoi.

La culture générale n'est pas la même pour nous qui sommes jeunes et incultes-nés car la vie d'aujourd'hui nous offre une autre perspective et cela depuis le début de l'adolescence: La glande. Pour essayer de parer ce problème qui apparaît chez le jeune comme un passe-temps très divertissant, c'est donc entre amis que je m'évertuais à toujours pousser les autres vers le haut. Citations d'auteurs, Conseils sur des livres à lire qui n'ont servis à rien, analyses des textes de rappeurs, je prêtais des bandes dessinées pour essayer d'en bouger certains qui d'ailleurs ne me les ont pas tous rendus... Bref, j'ai vu que le seul truc qu'aiment les jeunes c'est rire et implanter le rire dans l'éducation c'est pas facile. J'ai demandé à des potes de partir en impro sur des photos arrachées dans des magasines, de tenir au moins trois minutes sur une image banale. L'expérience a fonctionnée. M'enfin, rien à voir avec la culture. Donc, pour passer du statut de con à celui de nul, je me suis acheté dernièrement le livre " La culture générale, pour les nuls " Et j'ai été étonné de voir à quel point j'étais nul...

Je n'aime pas les notes, c'est l'esprit de compétition, toujours faire mieux que machin. Au bout d'un moment on finit même par s'en amuser bêtement à essayer d'avoir la pire note du groupe. Désolant. La note c'est, selon mon entourage, une manière de te situer et donc de te " classer " comme une feuille perdue qu'on voudrait remettre dans le bon dossier, dans ce même dossier qui permettra de savoir à quoi tu peux prétendre dans un avenir plus ou moins proche. (je préfère employer le terme " dossier " plutôt que casier judiciaire ou casier éducatif comme l'on fait certains amis Ôô) Bref, pour eux dossier = objet.

personnellement, ça fait deux ans que je bosse pour avoir mon DUT, je ne suis pas sûr de l'avoir avec toutes les réformes qu'il y a eu. Je suis dans l'année expérimentale, ceux sur qui on teste pour voir si ça colle ou pas. Je serai assez déçu de ne pas avoir le diplome et me dire que j'ai perdu deux ans, mais si je l'ai je n'y verrais aucune différence... On dit que c'est reconnu en entreprise, mais maintenant les entretiens en entreprises se font à quarante pour un poste avec au bout de dix ans une évolution de carrière, qui a envie d'attendre dix ans ? Moi ça me dérangerait pas certes car si j'ai un poste quelque part je serai déjà content... (sauf peut-être dans un fast-food, je me contenterai de tirer la gueule et être partir à l'heure comme un bon fonctionnaire stéréotypé) ...mais bon encore faut-il être pris lors de l'entretien, qui est aussi collectif bon nombre de fois et où on est obligé de s'opposer avec d'autres dans la même situation que nous, en gros de l'écraser comme une mouche, ou comme je préfère dire de l'enlever de notre chemin car la soupe au poil de chien n'est pas ce que je préfère. Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
geveil
Actif
Actif


Nombre de messages : 215
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Ecole   Sam 16 Juin - 14:39

Ce sujet est mon dada, parce que j'ai été élève, parce que j'ai été maître auxiliaire, parce que j'ai été responsable de formation dans une grosse boite, parce que je suis parent d'élèves et parce que je crois que la France ne s'en sortira que par une révolution à l'école. C'est pourquoi je vous propose mes réflexions sur ce sujet. Je suis 100% d'accord avec Sylvano
Sylvano a écrit:
Ha les habitudes tenaces ! Franchement le rôle du professeur c'est justement d'expliquer aux élèves ce qui va et ne va pas. Pas besoin de notes pour ça.

Qu'est-ce qui est le plus gratifiant ? Un bout de papier ou se dire qu'on à réussi sa vie ? Il existe quand même des valeurs supérieures à d'autres, le diplome n'est qu'un jet de poudre aux yeux.

Cela dit je vous comprends vous n'avez semble-t-il jamais rien connu d'autre que les notes et les diplomes alors si on évoque le fait de supprimer une des bases de votre cadre de référence vous semblez penser que tout s'écroule. Mais essayez de voir les choses différemment, faîtes un pas de côté, la vie n'est pas rectiligne. Wink
et avec Zélateur
Citation :
Je n'aime pas les notes, c'est l'esprit de compétition, toujours faire mieux que machin. Au bout d'un moment on finit même par s'en amuser bêtement à essayer d'avoir la pire note du groupe. Désolant. La note c'est, selon mon entourage, une manière de te situer et donc de te " classer " comme une feuille perdue qu'on voudrait remettre dans le bon dossier, dans ce même dossier qui permettra de savoir à quoi tu peux prétendre dans un avenir plus ou moins proche. (je préfère employer le terme " dossier " plutôt que casier judiciaire ou casier éducatif comme l'on fait certains amis Ôô) Bref, pour eux dossier = objet.
. Un homme que j'estime beaucoup est aussi contre le système des notes, Albert Jacquard, dont vous pourrez trouver un projet d'école sur internet.
Tatjanovska déplore l'absence de motivation des élèves ( Je le déplore aussi de la part de ma fille ); outre dans les posts des précédents intervenants, je crois qu'elle pourra trouver un élément de réponse dans l'introduction de ce qui suit:

Introduction
L’Education Nationale a pour but explicite de former des citoyens, mais quels sont ses buts implicites? Il s’agit de former en fait des acteurs de la croissance économique et de la consommation. Il est sans doute implicite pour les rédacteurs des objectifs de l’E.N. que dès lors qu’un individu est professionnellement intégré dans la société, il ne peut être qu’heureux et épanoui. sauf incidences personnelles qui ne peuvent avoir aucun rapport avec la structure socio-économique. Autrement dit, acquérir des savoir FAIRE est le but le plus important de l’E.N. Cela peut s’expliquer et se comprendre par le fait que pendant des dizaines de milliers d’années l’essentiel était en effet d’acquérir des savoir-faire tant pour se procurer la nourriture, l’habillement, le logement que pour faire la guerre. Il est temps d’échapper à l’idée reçue que le travail est la chose la plus importante au monde. Apporter sa contribution aux corvées nécessaires au fonctionnement de la société, certes, mais à ce titre, les fourmis sont bien plus efficaces que l’homme, elles ont traversé sans encombre 260 millions d’années. L’homme ne serait-il qu’une fourmi ? Travailler en tant qu’homme- sandwich pour faire la publicité d’une marque quelconque, ou être factionnaire dans la guérite d’une caserne ne me paraissent pas des tâches dignes de l’homme. En ce qui concerne les corvées, comme le ramassage des déchets, tout le monde doit y participer, je dis bien tout le monde, y compris les PDG de multinationales. Mais la plus grande part du temps doit être consacrée à l’éducation, à la gestion et à la création.


Principes fondamentaux

1- L’école est ouverte à tous, y compris les handicapés et des adultes illettrés qui le souhaiteraient. En ce qui concerne les handicapés, ils seront associés aux activités communes dans la mesure du possible. Ce principe a pour objectif l’apprentissage de la tolérance et l’acceptation de la différence.

2- L’école ne connaîtra aucun système de punition institutionnalisé. La punition sera implicite par le fait qu’une personne qui, soit ne fait
pas son travail, soit viole les règles de fonctionnement ou les règles relationnelles en éprouve consciemment ou pas un sentiment de dérilection. Dans tous les cas, le contrevenant sera invité à en parler à une personne compétente ou en groupe de parole, l’objectif étant la prise de conscience des sentiments négatifs associés au comportement déviant. Toutefois, aucune contrainte ne sera exercée en ce sens dans le souci de respecter la personne et d’éviter la prise de pouvoir par les personnes “compétentes”.Il arrive toutefois que pour des raisons psychologiques une personne contrevenante “en rajoute” et s’enferme dans son comportement rebelle. Dans ce cas, on pourra envisager une mesure contraignante, non dans le but de punir mais dans celui d’éviter des désagréments à la collectivité.
Dans le même esprit, l’école ne connaîtra aucun système de récompense individuelle, toute élévation produisant en elle-même sa récompense. Toutefois, il sera bienvenu d’exprimer sa satisfaction , son contentement et sa joie dans des groupes de parole. Un système de récompense ne peut en effet qu’encourager l’individualisme, inciter à la compétition de façon artificielle, suisciter les jalousies, bref, renforcer la séparation entre les individus. Il va sans dire qu’en conséquence, il n’existera aucun système de notation. Les notes seront bannies du système scolaire.

3- L’école sera ouverte sur le monde extérieur
- pr l’interventeion d’experts
- par des stages et enquêtes dans le milieu extérieur


4- Aucun domaine de connaissance ne sera abordé par un élève s’il n’a pas la maturité intellctuelle pour le faire, ce qui a pour conséquence que l’école ne sera pas cloisonnée en classes d’âge mais en ateliers de différents niveaux, de sorte que des élèves d’âges apparents différents mais de même âge mental dans une discipline donnée pourront se retrouver dans un même atelier.


5- La vitalité qui anime un jeune et le fait courrir quand il suffirait de marcher lui donne aussi le goût d’apprendre pouvu que et apprentissage soit motivant. Or il apparait qu’un enseignement est motivant lorsque l’enseignant est passionné par son sujet. Il importe donc que les profs soient recrutés parmi les éléments du genre humain les plus aimants, les plus mûrs, les plus créatifs, les plus imaginatifs et les plus passionnés. Meirieu et Guiraud relatent dans “ L’école ou la guerre civile “ des exempls de profs qui savent motiver leurs élèves ( P 126 ) et j'en connais moi-même.
Mon prochain post sera un réquisitoire contre l'EN, et les profs, courroies de transmission de l'idéologie marchande.
Toutefois, pour ne pas rester dans le négatif et aborder la question avec optimisme et bienveillance, je vous invite d'ores et déjà à aller voir un projet de programme dans la rubrique " Actualité", " La carte scolaire";
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cioran
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 666
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Ecole   Sam 16 Juin - 16:42

Oui, mais encore une fois, je ne crois pas que ce soit dans le but de faire des individus équilibrés que l'école a étyé créée et fonctionne. Elle a été créé par la société, dans le but d'être capable de travailler, de lui être utile. L'éducation, c'est plutot le role des parents. Je pense que trop de parents se reposent sur l'école pour faire de leurs enfants des adultes. A la maison, c'est plutot télé et apport de joie de vivre, par le biais génralement du confort matériel et de la consommation. Or, le but d'un parent n'est pas que son enfant l'aime, c'est qu'il soit capable d'affronter la vie. Trop de parents confient cette lourde tache à l'EN pour ne garder que le beau role. Evidemment, on peut arguer qu'il est plus sur de confier cette éducation à un organisme, l'école, pour que tous soient surs de la recevoir de façon équitable. Alors, il ne faut pas s'imaginer que les enfants puissent chaque jour endurer : 6 heures d'éducation pour leur future carrière, 2 heures d'éducation pour devenir des adultes, une heure de sport, deux heures de repas, deux heures d'activité personnelle, une heure de devoirs, une heure d'éducation avec leurs parents, trois heures de télé, et dix heures de repos. Et j'en oublie.
Ce qu'il faudrait que ça soit, je suis d'accord avec le programme sus-cité. Comment faire pour que ça devienne comme ça sans que tout s'écroule, je ne vois pas. Il y a de plus en plus de choses à savoir, les enfants sont de plus en plus intezlligents et en apprennent de plus en plus. C'est nécessaire pour conserver la compétitivité entre pays (et ça malheureusement, elle existe et on y fera pas grand chose avant longtemps. Les parents ont aussi beaucoup plus de choses à faire (long sujet...) et y consacrent de moins en moins de temps (pour en consacrer plus aux loisirs personnels). Le programme formerait surement des e'sprits plus sereins et équilibrés, mais la non compétitivité dans un environnement ultra compétitif (économiquement entre autres) revient à la disparition, l'étouffement. Je suis d'accord que ça ressemble à une course sans récompense, ou ceux qui sont en queue se font fouetter et essayent de rattraper les autres par tous les moyens pour que eux soient fouettés à leur place. Mais c'est toute la tristesse du monde, et l'éducation nationale, machine à faire des coureurs, est d'une efficacité exemplaire pour faire des coureurs. Elle est un organe de la société, et lui ressemble, la sert, la reflète.
Il faudrait donc changer la société, d'abord. Mais pour cela, il faut changer l'éducation. La poule et l'oeuf.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
geveil
Actif
Actif


Nombre de messages : 215
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Ecole   Dim 17 Juin - 3:51

A Cioran,

Tu argues de la compétition mondiale pour ne pas changer l' école;
Tu dis que c'est aux parents de faire l' éducation de leurs enfants; Mais comme ils sont formatés, toi compris, par le système règnant, on ne peut pas compter sur eux pour un changemant en profondeur.
Maintenant, si tu veux rester en enfer, c'est ton choix Twisted Evil

J'avais promis une diatribe contre les profs, la voici:

Parce que ma fille ne travaille pas beaucoup en classe, un prof s'est permis de lui dire " Tu finiras sur le trottoir ". Des exemples comme celui-là, j'en ai des dizaines.

Cependant, je me dois de rester zen, c'est -à-dire, scientifique. Il est vrai que nous adorons nous vautrer dans les émotions négatives, et nous régaler d'accuser les autres, et il est vrai que même si, j'ai quelques dizaines d'exemples de comportements aussi déplorables, ça ne fait pas une statistique à l'échelle nationale. Cependant, comme ces exemples me viennent de tous les coins de la France, je pense que ça mériterait une étude scientifique menée par des sociologues.

De toutes façons, statistique ou pas, et même si des cas de ce genre sont exceptionnels, je considère qu'au sein de l' EN c'est inadmissible, et que de tels profs devraient être immédiatement mutés dans des services administratifs.

J'ACCUSE


Je regardais, il y a quelque temps, l’émission “ Ça se discute”, animée par Delarue: “la violence à l’école”. Tout y a été dit et bien dit et en particulier: “ La violence est le fait des enfants qui ont été mis en échec, mais les établissements qui réussissent à mettre l’enfant “en réussite” ne connaissent pas la violence”. Mais pourquoi ces mises en échec? Parce que les enseignants sont les courroies de transmission d’une structure élitiste où ce qui compte n’est pas l’épanouissement de la personne mais l’arrivisme, le paraître, l’avoir et non l’être.
Comme je suis particulièrement sensible à tout ce qui concerne l’EN, j’en parle autour de moi, avec des profs, avec d’autres parents d’élèves, je regarde ou écoute des émissions sur la question, je lis des articles et des livres. Presque tous disent qu’ils font un beau métier. C’est vrai !

Qu’ils font un travail remarquable!
C’est faux et ce pour plusieurs raisons:

1- Beaucoup ont choisi ce métier non par vocation mais par manque de maturité, par peur d’ affronter le monde des “adultes”, pour rester dans le monde de l’enfance ou pire, par commodité. J’ai un ami d’enfance, professeur d’allemand, m’ayant confié qu’il n’a jamais aimé son métier, ni les enfants et que ses 35 ans d’enseignement ont été un enfer, “ un gagne pain, car que pouvais-je faire d’autre ?” m’a-t-il avoué. J’ai encore constaté cette immaturité à bien des occasions, notamment dans la susceptibilité à fleur de peau de nos enseignants, on ne peut leur faire une remarque sans qu’ils montent sur leurs grands chevaux. Parachuté dans une classe de 3ème, sans aucune formation pédagogique, encore jeune et immature ( Je le suis resté longtemps) je me suis trouvé confronté à des situations que je ne savais pas gérer, et encore, à l’époque, on respectait l’autorité disons plutôt, qu’on la craignait. La pire menace, c’était Monsieur le Censeur (aujourd’hui conseiller d’orientation ). On a beaucoup parlé de l’autorité bafouée, mais l’autorité ne doit pas venir de l’institution, c’est cela qui engendre la violence. L’autorité, la vraie, reconnue par tous les enfants ( et par les adultes, d’ailleurs), vient de la compétence et d’une grande sécurité intérieure, autrement dit d’une grande maturité .
2- Non seulement de nombreux profs font ce métier sans vocation, mais ceux qui ont la vocation ne sont pas formés, ni à la conduite de groupe, ni à psychologie de l’enfant et de l’adolescent. La plupart des parents ne savent pas s’y prendre avec leurs propres enfants, y compris les parents profs. Que les profs ne soient pas ou insuffisamment formés avant leur entrée en fonction, c’est grave, mais si au moins il existait des temps de réflexion, des temps de formation dans leur emploi du temps? Ce n’est pas le cas, ou si peu. Je me souviens très bien qu’en salle des profs, on parlait de tout sauf de pédagogie ou de psychologie. Ceux qui “ font du bon boulot” sont ceux qui prennent sur leur temps libre pour échanger et tenter de faire un travail d’équipe et je les salue. Mais reconnaissons que l’institution ubuesque qu’est l’EN ne les encourage pas beaucoup quand elle ne les décourage pas.

3- Les méthodes pédagogiques sont consternantes, souvent réduites à l’exposé au tableau noir ( vert, ou blanc de nos jours, quel progrès !) et à la prise de notes. Pourtant de nombreuses écoles ont appliqué d’autres méthodes favorables à l’épanouissement de la personne, Montessori, Freynet, l’Ecole Alsacienne, Decroly et bien d’autres. Combien d’entre nous ont été découragé et dégoûtés des sciences exactes par manque de pédagogie. Il se trouve que j’ai été prof de maths et de physique-chimie. Je peux vous garantir que de bonnes méthodes permettent à tout le monde de comprendre ces sciences pour peu qu’on les rende attrayantes. Il est vrai que les obstacles rencontrés à l’apprentissage des maths sont souvent d’ordre psychologique (Cf. entres autres les ouvrages de Stella Baruch ). Mais les profs en sont ils avertis, et quand ils le sont, en tiennent-ils compte?

4- Les programmes élaborés par l’EN sont débiles et souvent inadaptés au monde moderne et à l’âge mental (au sens de Piaget) des enfants. Que ceux qui ont envie de “me rentrer dans le chou” ne m’accusent pas de tourner le dos à la culture, bien au contraire, je suis convaincu que l’étude des anciens est des plus formatrice, mais à condition d’être reliée à la vie moderne. Or comment ce lien peut-il se faire avec des profs qui ne savent pas ce qu’est le monde du travail, qui n’ont jamais mis le pied à l’usine, au bureau, dans un laboratoire? Certes le conjoint peut avoir cette expérience quand il n’est pas lui-même prof, mais ça ne remplace pas l’expérience personnelle. Les programmes sont de plus pléthoriques, alors que nos anciens, prônaient une tête bien faite plutôt qu’une tête bien pleine. Si bien que cette pléthore conduit au bachotage au mépris de l’approfondissement et de l’intelligence. Ceux qui élaborent ces programmes ne pensent sans doute qu’à leur crémerie et considèrent qu’elle est plus importante que la boulangerie d’à côté. Ces messieurs, agrégés dans diverses disciplines, se sont-ils jamais agrégés pour se concerter? En vérité, ils forment un agrégat sans consistance.

Ceux qui veulent “me rentrer dans le chou” me feront remarqué que notre EN contre laquelle je vitupère n’est somme toutes pas si mal que ça puisqu’elle m’a permis d’exercer un métier, et de rédiger cet article (de foi ) qui est je pense à peu prêt correctement écrit. Certes, mais tout ce que j’ai appris à l’école, j’aurais pu l’apprendre dans la joie, et non dans la contrainte et dans la crainte, et beaucoup plus vite.
J’ai discuté avec un monsieur très bien, ancien proviseur d’un Lycée français en Angleterre. Il m’a dit que le niveau d’instruction en ce pays est nettement inférieur au nôtre et que les britanniques et d’autres pays d’ailleurs envient notre EN. Certes, mais dans quel but? Former de bons ingénieurs, de bons énarques, de bons hauts fonctionnaires et autres dirigeants, une bonne élite quoi! Quant aux autres, ceux qui ont mal vécu leur scolarité, ceux qui disent “ de toutes façons on ne peut rien faire”, ceux dont on a fait des citoyens qui se sentent impuissants et remettent la conduite du pays dans les mains de nos bons ministres ou du maire du village, ceux qui faute d’une scolarité réussie font un métier qui ne leur plaît pas, quelle importance?
Il faut que ça change sauf sur un point: l’EN doit rester un enseignement public.

Pour finir sur une note optimisme voici ce qui doit changer dans l’EN:

1- Le recrutement de nos enseignants doit se faire non seulement sur un savoir livresque mais sur la motivation. Certes, tout un chacun peut affirmer qu’il est motivé pour ce métier et qu’est-ce qui prouvera le contraire? Qui peut se permettre de juger de la motivation, de la solidité d’un enseignant? Dieu? Mais il n’est pas au ministère de l’EN. C’est pourquoi, la seule réponse à cette question est de rendre le postulant juge de sa motivation et pour cela, il ne faut le titulariser qu’après une année probatoire.

2- Tout postulant à l’enseignement devra pratiquer une formation à la conduite de groupe et à la psychologie de l’enfant et de l’adolescent. Il devra être soutenu par un suivi qui ne se limite pas à une inspection tous les n ans. De plus, un temps rémunéré important sera réservé au travail d’équipe au sein de l’établissement.

3- Les élèves ne sont plus répartis par classes d’âge mais par niveau, ce qui signifie que dans chaque discipline, à un niveau donné, on pourra trouver des élèves de tous âges. Un élève de 13 ans pourra se trouver avec un camarade de 17 ans en classe de mathématiques mais avec un camarade de 11 ans en français. Cette mesure aura pour avantage de régler le problème des surdoués, souvent malheureux dans le système tel qu’il existe. Un autre avantage de cette mesure, est qu’elle permet aux enseignant d’adapter leurs cours à une “moyenne” sans que pour autant, des “mauvais” soient laissés pour compte et des bons s’ennuient.

4- Le système des notations sera supprimé. Toutefois, sachant que les enfants ont un besoin essentiel d’être valorisés pour se construire, on regroupera les élèves autour de projets d’école. Dans de tels projets, chacun sera valorisé par ses compétences et ses talents particuliers. Cette mesure aura en outre pour conséquence de former les jeunes à la solidarité et à la citoyenneté. On peut concevoir suffisamment de projets qui nécessitent des compétences de tous les domaines, littéraires, artistiques, scientifiques, etc.

5- La part faite aux disciplines artistiques et sportives sera aussi grande que celle faite à l’apprentissage de la lecture, des langues étrangères et des sciences. Outre le fait que dans de telles disciplines, les élèves peuvent être mis en situation de réussite, il est démontré que la pratique de ces disciplines a un effet positif sur l’apprentissage des matières abstraites.

6- Si le temps de présence dans l’établissement doit augmenter, il en résulte que les salaires aussi, doivent augmenter et de façon conséquente.

Mais qui accepterait de procéder à de tels changements? Certainement pas la classe dirigeante puisque, nous l’avons vu, elle tient à ses privilèges et a une conception élitiste de la société, ni les parents qui ont bu la pensée unique avec le lait maternel et exige qu’on fasse moins de gymnastique au profit des dictées et du calcul! Alors qui?

Ci-dessus, j’ai “cassé du sucre sur le dos des enseignants “ mais à part ceux qui ont choisi ce métier par commodité et qui le méritent bien, on aura compris que c’est surtout à l’institution que j’en veux. Je pense que nombre d’enseignants sont plein de générosité, d’enthousiasme, de bonne volonté. C’est donc à eux de faire la révolution. On ne leur demande pas d’aller affronter les CRS, on leur demande une révolution silencieuse, à l’intérieur de leur établissement. Que risqueront-ils? D’être mal notés? Possible, mais on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre. D’être mutés? S’ils sont suffisamment nombreux, impossible. D’avoir les parents sur le dos? Faire la révolution, c’est aussi expliquer, les AG ça sert à ça. De compromettre l’avenir des enfants? Attendez, il faut savoir ce qu’on veut, une société élitiste ou des hommes épanouis?
Que devront-ils faire? Des commissions d’études en collaboration avec des spécialistes de l’extérieur pour la réforme des programmes, , pour l’élaboration de méthodes pédagogiques. Bien sûr, continuer à faire la classe, mais pourquoi pas tout de suite par niveau, comme je l’expliquais ci-dessus. Rester sur un chapitre, jusqu’à ce qu’il soit bien compris, sans se soucier d’aller au bout du programme. Apprendre à apprendre, etc........Mais la première des choses est de comprendre qu’ils sont les courroies de transmission du pouvoir et la plus dure des choses, c’est de se remettre en question. Courage! Vous pouvez y arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cioran
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 666
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Ecole   Dim 17 Juin - 4:56

Finalement cette idée de faire des classes de matière par niveau est séduisante. Je pense qu'il y a plein d'idées intéressantes, comme celles-ci, et qui fonctionneraient plus ou moins selon les situations. Chaque établissement pourrait être le lieu d'une expérimentation particulière, et avec la disparition de la carte scolaire, les parents pourraient choisir un établissement pour leurs enfants par rapport au type d'expérimentation qui conviendrait le mieux à son enfant (mais le sauraient-ils? Ils pourraient être conseillés). Et toujours d'accord avec ce que tu dis, simplement, je pense qu'appliquer tout d'un coup en bloc reviendrait grosso modo à faire une révolution, une sorte de mai 68 voire de 1797, et qu'il faut pas trop y compter. Dans le problème de la poule et l'oeuf, ni l'un ni l'autre n'apparaissent brusquement, la bactérie devient petit à petit une poule et son ovocyte petit à petit un oeuf. Si son environnement le lui permet. Toute tentative de modifier brusquement le fonctionnement de l'EN sans modifier ce qui gravite autour, le monde du travail, la famille, le monde des loisirs, me parait donc stérile. D'un point de vue évolutioniste, soit il y a un gros changement et tout ce qui va autour s'adapte, soit ce n'est pas le cas et l'organisme qui a évolué périclite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
geveil
Actif
Actif


Nombre de messages : 215
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Ecole   Dim 17 Juin - 16:50

Cioran a écrit:
Toute tentative de modifier brusquement le fonctionnement de l'EN sans modifier ce qui gravite autour, le monde du travail, la famille, le monde des loisirs, me parait donc stérile. D'un point de vue évolutioniste, soit il y a un gros changement et tout ce qui va autour s'adapte, soit ce n'est pas le cas et l'organisme qui a évolué périclite.

Je suis sensible à cet argument, et me pose la question.

Mon sentiment est cependant que tu baisses les bras trop vite. Leves les cheers

Pourquoi pas une révolution? (1789 et non 97)

Rappel de l’objectif fondamental: L’objectif de l’EN doit être l’épanouissement de la personne humaine.
Objectifs corrolaires: de même que des bons parents doivent avoir pour objectif l’automie de leurs enfants, l’E.N. doit avoir pour objectif l’autonomie des ses élèves.
Idée directrices pour la mise en œuvre: il existe aussi bien des théoriciens de la pédagogie que des hommes et des femmes de terrain qui ont conduit des expériences d’éducation tout à fait probantes dans le cadre même de l’EN. C’est avec ces personnes qu’il faudra conduire la réforme. Appelons les “les conseillers”.
Il faudra impliquer évidemment tout le personnel scolaire, y compris le personnel non enseignant. Que ce soient les intendants, les secrétaires, les cuistots, les personnel d’entretien, etc. tous ont certainement des choses à dire qui pourront surprendre nos enseignants. Bien entendu, il faut que la hiérarchie ne soit pas court-circuitée et que rectorats et académies soient impliquées dans le processus. Toutefois, les inspecteurs devront quitter leur casquette de juges et se convertir en conseillers, animateurs et agents de liaisons. Ils seront chargés de recueillir des données sur les expériences en cours et de faire la plus grande publicité aux expériences qui réussissent.
Concrètement, l’élaboration de la réforme durera une année scolaire avec la possibilité d’empiéter sur les vacances scolaires si la réforme n’est pas aboutie.
Les enseignants travailleront en commissions d’étude, et le personnel non enseignant sera mobilisé à titre consultatif.
Il faudra aménager les horaires de sorte que les commissions d’étude puissent se réunir régulièrement. Des réunions quotidiennes seraient l’idéal mais peut-être faudra-t-il se contenter de deux ou trois réunions par semaine. Bien sûr se pose la question: et que feront les élèves pendant ce temps? Ils travailleront en étude, ce qui leur évitera d’avoir à faire leurs devoirs à la maison, corvée qui creuse le fossé entre les classes favorisées et les autres. Il faudra réduire le temps de cours des enseignants, ce qui, pendant un an, n’est pas une mauvaise chose car il faudra aussi faire des coupes dans les programmes souvent pléthoriques.

Maintenant il y a une autre possibilité: créer un organisme mutant dont les chances de survie sont plus élevées que celles de l'organisme actuel, autrement dit créer une nouvelle école;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cioran
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 666
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Ecole   Lun 18 Juin - 8:12

Ah ben une fois encore je dois te rejoindre, puisque je pensais moi aussi qu'une plus grande concertation des professeurs serait à mettre en place. Ceci basé aussi sur les recherches en comportementalisme : certaines attitudes entraînent certains effets positifs. Comme il existe des séducteurs nés et des têtes à claque nées, il existe des têtes à claque qui ont appris à être des séducteurs. Il y a des profs qui arrivent mieux que d'autres à faire régner l'ordre dans leurs classes, et cela n'a rien à voir avec une carure de mollosse ou l'absence de sourire. Malheureusement, je pense que la plupart de ceux qui y arrivent ne savent pas vraiment pourquoi. A ce titre, la consultation entre profs serait stérile. Mais il doit y avoir suffisemment de profs obtenant de bons résultats, et sachant pourquoi, qui pourraient partager leur "art" et leurs connaissances pour aider ceux qui s'en sortent moins bien.
Mais on a plutot tendance à mettre les mauvais profs aux mauvaises classes (perdus pour perdus) et les bons profs aux bonnes classes (pour pas gacher de talents potentiels, ce qui est louable).

Sinon, concernant cette expérimentation par classe de niveau, j'ai plusieurs questions :
- A-t-elle besoin d'effectifs plus nombreux ou d'un budjet plus important?
- Sur combien d'années a-t-ele été conduite?
- Un élève d'un niveau 3ème dans une matière et 2nde dans une autre, devra-t-il voyager du collège au lycée si les enseignements ne sont pas prodigués au même endroit géographique?
- N'est-ce pas un bordel organisationnel à mettre en place?
- Les élèves redoublent-ils matière par matière? Si il est définitivement mauvais dans une matière, reste t'il au niveau 1 toute sa scolarité, même s'il est bon dans d'autres matières?
- Les élèves, qui sont des fourbes en puissance, ne sont-ils pas tentés de ne travailler que dans les matières qui les intéressent, sachant qu'ils avanceront toujours dans ces modules et passeront pas trop pour des larves dans les autres?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
geveil
Actif
Actif


Nombre de messages : 215
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Ecole   Lun 18 Juin - 11:03

Cioran a écrit:


Sinon, concernant cette expérimentation par classe de niveau, j'ai plusieurs questions :
- A-t-elle besoin d'effectifs plus nombreux ou d'un budjet plus important?
- Sur combien d'années a-t-ele été conduite?
- Un élève d'un niveau 3ème dans une matière et 2nde dans une autre, devra-t-il voyager du collège au lycée si les enseignements ne sont pas prodigués au même endroit géographique?
- N'est-ce pas un bordel organisationnel à mettre en place?
- Les élèves redoublent-ils matière par matière? Si il est définitivement mauvais dans une matière, reste t'il au niveau 1 toute sa scolarité, même s'il est bon dans d'autres matières?
- Les élèves, qui sont des fourbes en puissance, ne sont-ils pas tentés de ne travailler que dans les matières qui les intéressent, sachant qu'ils avanceront toujours dans ces modules et passeront pas trop pour des larves dans les autres?

Excellentes questions qui nous amènent à peaufiner le programme et à le rendre opérationnel. Je vais y réfléchir.
Mais rien ne t'empêche de faire toi même des propositions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cioran
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 666
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Ecole   Lun 18 Juin - 11:56

J'y avais pensé, notemment une, qui était que la préparation des cours et la correction, plutot que de se faire à domicile, pourrait avoir lieu dans une classe, au fond, afin que le professeur ne soit pas seul contre trente, et que quelq'un puisse surveiller lorsqu'il tourne le dos. Bon, ok, c'est un peu du flicage. Mais je répète, seul contre trente, ça ne me parait pas possible. J'en avais parlé à une prof qui était contre, parce que le prof devait être seul maitre dans sa classe et il ne fallait pas qu'il y ait quelqu'un d'autre qui puisse le contredire, pour son autorité, et qu'en plus ça créerait de la confusion chez les élèves.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
f u c h s i a
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 653
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Ecole   Lun 18 Juin - 13:14

Bonsoir à tous,

Et que pensez-vous de ce système où ce sont les mêmes enseignants pour tout le primaire, puis un autre groupe de professeurs pour tout le secondaire ?

_________________
Fuchsia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
geveil
Actif
Actif


Nombre de messages : 215
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Ecole   Mar 19 Juin - 13:36

Cioran a écrit:
Sinon, concernant cette expérimentation par classe de niveau, j'ai plusieurs questions :
Sinon, concernant cette expérimentation par classe de niveau, j'ai plusieurs questions :
- A-t-elle besoin d'effectifs plus nombreux ou d'un budjet plus important?
Oui, nous allons faire les calculs.
Soit un petit collège qui contienne 4 classes, 6 ème , 5 ème, 4 ème et 3 ème; Dans ce cas, un prof par matière suffit à la tâche, et pour les matières de peu d’heures, ce prof peut même exercer sur plusieurs collèges;
Si on remplace ces classes par 4 ateliers de niveaux 1, 2, 3 et 4 par matière, pour correspondre aux programmes des classes, il faut absolument qu’au moins 4 ateliers soient disponibles en même temps dans une matière, pendant une heure de cours, sinon, la répartition des élèves est inextricable.
C’est donc qu’il faut 4 profs de cette matière au même moment.
Cependant, à l’heure suivante, ces profs seront remplacés par 4 profs d’une autre matière et pourront aller dans un autre établissement.
Il va sans dire que cette contrainte de déplacements est inacceptable par les profs.
La seule solution à ce problème, c’est de regrouper les établissements pour que leur effectif soit suffisamment élevé.

Avant de procéder à des calculs plus précis, il faut savoir quelles matières on va enseigner et sur quelle durée. Je l’ai dit, j’accorde autant d’importance aux arts plastiques, à la musique, à l’expression corporelle et au sport qu’aux mathématiques ou au français.



Citation :
- Sur combien d'années a-t-elle été conduite?
4 ans. Tu peux aller voir sur internet le site Collège pionnier de la Maronne.
[url] http://www.google.fr/search?hl=fr&q=college+pionnier+de+la+maronne&meta=cr%3DcountryFR [/url]

Citation :
- Un élève d'un niveau 3ème dans une matière et 2nde dans une autre, devra-t-il voyager du collège au lycée si les enseignements ne sont pas prodigués au même endroit géographique?
Bonne question, d’où l’idée d’en revenir aux grands établissements comportant tous les niveaux, de 1 à 7.

Citation :
- N'est-ce pas un bordel organisationnel à mettre en place?
A étudier. Voir le collège pionnier de la Maronne

Citation :
- Les élèves redoublent-ils matière par matière?
Oui, s’il le faut, mais dans un système tel que je l’ai décrit, il n’y aurait pas de redoublement.

Citation :
Si il est définitivement mauvais dans une matière, reste t'il au niveau 1 toute sa scolarité, même s'il est bon dans d'autres matières?
Pourquoi pas ?

Citation :
- Les élèves, qui sont des fourbes en puissance, ne sont-ils pas tentés de ne travailler que dans les matières qui les intéressent, sachant qu'ils avanceront toujours dans ces modules et passeront pas trop pour des larves dans les autres?
Toutes les matières retenues après définition des objectifs seraient obligatoires. De plus, les fourbes en puissances le sont en réaction à une société coercitive. Peut-être guériraient-ils dans un milieu favorable?

J’ai tenté de répondre à tes questions, mais je pense que tu restes prisonnier du système actuel. Encore une fois, il faut repenser l’école avec pour objectif l’épanouissement de la personne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cioran
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 666
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Ecole   Mar 19 Juin - 14:38

Je voudrais pas passer pour un prisonnier, il y a mésentente. Il est évident que le système actuel est à changer, il faut donc en trouver un ou plusieurs nouveaux. Bien que j'ai été réticent au départ cette idée me semble finalement bonne. Cependant, si elle est si bonne que ça, pourquoi n'est elle pas appliquée? Je ne voudrais pas rester non plus figer sur une idée que je trouve bonne, parce que je ne me rends pas compte qu'elle est inaplicable (genre, l'anarchisme ou le communisme). Ca serait stérile. Et puis pragmatiquement, c'est plus facile de trouver des idées quand on les applique pas que quand on doit obtenir des résultats et qu'on y joue gros, et là, c'est une génération qu'on favorise ou qu'on sacrifie, c'est pas rien. Or, comme j'ai le beau role et que je remettrai plus jamais les pieds à l'école, que je suis pas prof, que j'ai pas d'enfants, ça serait un peu facile de vouloir tout changer et si ça merde, j'ai rien à perdre. Donc je m'oblige à une certaine méfiance.
La plus belle chose que j'aie vue reste, je ne sais plus où, ces classes dans lesquelles ce sont les élèves qui sont impliqués dans le bon ordre de l'établissement. Lorsque l(un deux fait une connerie, les autres se réunissent et décident de son sort. J'en cherche encore les inconvénients...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
saintpierremeister
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 543
Age : 76
Localisation : Bourgogne.
Date d'inscription : 13/03/2007

MessageSujet: Re: Ecole   Mar 19 Juin - 14:58

Pour faire une pause dans la discussion, allez donc lire la vision de l'école idéale par des moins de dix-huit ans du monde occidental.

saintpierremeister study
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://jeanmarie.robert.free.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ecole   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ecole
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» EGE, Une nouvelle Grande Ecole, pour un Nouveau Maroc
» EAD Ecole d’Administration et Direction des Affaires
» infos sur la vie de l'ecole de CLERMONT
» Ecole maternelle occupée
» Ecole Privée d informatique SVP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Genèse : Forum libre de discussions :: Loisirs, intérêts :: Divers-
Sauter vers: