Genèse : Forum libre de discussions

Un forum de discussion libre sur divers sujets et ouvert à tous, axé sur le savoir.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le mal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
f u c h s i a
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 653
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Le mal   Mar 24 Avr - 13:53

Citation :
Les avocats d'un criminel sont rarement assez artistes pour utiliser, au profit du coupable, la beauté terrible de son acte.
Friedrich Nietzsche

Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
geveil
Actif
Actif


Nombre de messages : 215
Date d'inscription : 04/04/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Jeu 26 Avr - 3:29

Au premier degré, je ne vois pas ce qu'un crime (un crime de sang) peut avoir de beau. Mais aussitôt me viens à l'esprit qu'au premier degré, un accouchement non plus n'a rien de beau. Cependant la plupart des humains s'exclament " que c'est beau! " à la vue d'un accouchement. Du coup, je peux admettre l'idée qu'un crime puisse être beau.
Cependant, le sujet que tu proposes, Fuschia, est " le mal" et non " le beau".

La question est alors: le crime pourrait-il être de l'ordre du bien et l'accouchement de l'ordre du mal ? Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cioran
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 666
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Jeu 26 Avr - 4:38

Je me demande si le thème de la phrase porte sur la beauté du crime. Je l'interprète plutôt comme une condamnation d'un certain art : F.N. semble considérer qu'il existe des personnes qui recyclent l'horreur en une activité artistique, et que, l'un dans l'autre, c'est pour lui comme si un avocat défendait son client en argumentant sur la beauté du crime qu'il a commis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Evereve
Actif
Actif
avatar

Nombre de messages : 267
Age : 40
Localisation : Unis Vers l'Uni - "On se ballade dans l'atmosphère sur une sphère"
Date d'inscription : 16/04/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Jeu 26 Avr - 4:51

geveil a écrit:
Au premier degré, je ne vois pas ce qu'un crime (un crime de sang) peut avoir de beau. Mais aussitôt me viens à l'esprit qu'au premier degré, un accouchement non plus n'a rien de beau. Cependant la plupart des humains s'exclament " que c'est beau! " à la vue d'un accouchement. Du coup, je peux admettre l'idée qu'un crime puisse être beau.
Cependant, le sujet que tu proposes, Fuschia, est " le mal" et non " le beau".

La question est alors: le crime pourrait-il être de l'ordre du bien et l'accouchement de l'ordre du mal ? Twisted Evil

je ne pense que lorsqu'on s'exclame "que c'est beau" en parlant de l'accouchement que ce soit le spectacle dont on parle !!!!! mettre un enfant au monde est beau ... pas parce que c'est beau à voir ... mais dans ce que ça implique de merveilleux … pour ne pas dire miraculeux …

après effectivement libre à chacun de penser que mettre un enfant au monde n'a rien d'extraordinaire !

Citation :
Je me demande si le thème de la phrase porte sur la beauté du crime. Je l'interprète plutôt comme une condamnation d'un certain art : F.N. semble considérer qu'il existe des personnes qui recyclent l'horreur en une activité artistique, et que, l'un dans l'autre, c'est pour lui comme si un avocat défendait son client en argumentant sur la beauté du crime qu'il a commis.

expliqué comme ça, j'avoue que ça me parait plus clair ! parce que j'avais beau retourner la phrase dans tous les sens, je n'arrivais pas y voir le message !

comme quoi hors contexte, une phrase peut tout et rien dire …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
f u c h s i a
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 653
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Jeu 26 Avr - 12:39

Il n'est pas question du laid dans l'art.

Un tableau représentant du laid peut être beau, car bien composé, bien conforme à la réalité.

Dans cette phrase de Nietzsche, il parle de la beauté de l'acte.

Il voit de la beauté dans le crime lui-même.

S'il y a des circonstances atténuantes, au profit d'un criminel, ce ne peut pas être parce que son acte est beau (un crime ne pouvant être beau), c'est à cause du vécu du criminel, ce qui a fait qu'il en est arrivé à cet acte. Et, malheureusement, il y a souvent des circonstances atténuantes.

Ce que dit Nietzsche est beaucoup plus terrible. Il veut dire qu'un crime est beau et qu'il faudrait le voir en artiste. Seulement, l'acte n'est pas une simple représentation.

Je crois qu'il faut trouver aussi des circonstancs atténuantes à Nietzsche, car cet homme fait vraiment pitié. Lui qui voulait l'avènement d'un surhomme profère des mots dignes d'un sous-homme, d'un non-humain.

Je pense qu'il aurait eu besoin d'une belle psychothérapie, mais, avec une telle haine en soi, avec un tel orgueil, aurait-il reconnu en avoir besoin ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R. Giskard Reventlov
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 770
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Ven 27 Avr - 0:43

[quote="f u c h s i a"]
Citation :
Les avocats d'un criminel sont rarement assez artistes pour utiliser, au profit du coupable, la beauté terrible de son acte.
Friedrich Nietzsche

Ce que relève Nietzsche, c'est le parcours individuel de l'individu. En toute logique, l'individu tue pour être en cohérence avec son parcours. Il ne fuit pas l'acte, il l'accomplit en toute volonté, et surtout pas du bout des doigts.

Pour bien comprendre ce que cela signifie, il faut comprendre le fondement même de la philosophie de Nietzsche qui peut se résumer par : "Sois toi-même, sans faiblesse, logiquement et jusqu'au bout!"

Le surhomme nietzschéens est semblable à ces héros de westerns spaghettis. Le corps et l'esprit doit être forgé et optimisé dans un entraînement où toute faiblesse est méprisée. Son idéal le fait exister là ou les autres n'existent pas. Là où les autres tremblent, il ne tremble pas. Bref, une vrai caricature. On s'attendrait presque à le voir surgir en costume de samouraï poussant son cri unificateur d'énergie tout en taillant son adversaire en frites régulières Smile

Dans cette citation Nietzsche admire l'individu conséquent jusqu'à l'extrême, et il dénie à ses avocats, chiens fidèles du système, donc êtres faibles, la capacité de le défendre en cohérence avec son idéal.

La vie du nietzschéen est un art et ses actes sont à son image.

Être nietzschéen est assez facile puisque l'on a qu'à se consacrer à soi-même pour dominer la contrainte de l'existence de l'autre. Il est autrement plus difficile de s'affûter tout en aidant les autres à faire de même, en cohérence avec une vie sociale qui reconnaît la réciprocité.

Nietzsche ne vaut pas un pet de lapin, à côté de ces êtres véritablement supérieures qu'étaient Jésus, Mère Thérésa, ou Gandhi. Ces êtres-là ne passaient par leur temps à se regarder dans le miroir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cioran
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 666
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Ven 27 Avr - 0:52

Quoique, jésus, c'est un peu l'antiNietzsche : il apprend aux "faibles" à rester faibles et à se détester, et donne à ses disciples des consignes hypocrites de bonté, qui ne sont destinées au fond qu'à le protéger lui-même. Pas aussi hypocrite que les dix commandements, mais quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
musichien
Modérateur
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 276
Age : 24
Date d'inscription : 02/04/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Ven 27 Avr - 3:08

Je suis d'accord avec Reventlov quant à l'interprétation, le beau esthétique étant discutable. Wink

Mais ce n'est pas forcément intéressant de sortir une phrase de son contexte, parce-qu'elle peut prendre plein de sens différents, surtout quand c'est du Nietzsche. Very Happy
Par exemple, ça aurait trés bien pu être ironique, auquel cas il condamnerait les criminels qui pourraient se prévaloir de leur folie.

Si la conclusion à laquelle arrive Nietzsche n'est pas forcément bonne, il me semble que certains de ses arguments tiennent toujours.
Je crois qu'il a vu pas mal de choses, mais qu'il s'est laissé un peu emporté par son esprit de contradiction.

Par exemple l'égocentrisme de l'Homme, qui est totallement incapable de produire volontairement un acte désintéressé (inconsciemment bien sûr), où l'incohérence de la religion catholique, etc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Protée
Membre
Membre
avatar

Nombre de messages : 139
Age : 30
Localisation : Essonne
Date d'inscription : 13/04/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Ven 27 Avr - 4:51

On finit invariablement sur Nietzsche...

Nietzsche est certainement passé du côté obscur de la force sur la fin de sa vie... Trop de solitude, sa "septième solitude"... Son désir de "devenir lui-même" ne rencontre plus rien, plus personne ne s'intéresse à son expérience de pensée vertigineuse... C'est peut-être pour pallier ce manque de reconnaissance que Nietzsche a fini par se "déifier". Il le dit lui-même, personne, pas même le sage, ne peut se passer de la gloire.

Etre nietzschéen est assez facile... Parce qu'il est question de facilité ? Tu adhères à une idée parce que tu la juges "difficile", tu la juges assez haute, assez idéale pour toi ? Je préfère précisément m'en tenir à ce que je ressens et ne pas tomber dans l'idéalisme, dans la séduction pour et par l'idée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R. Giskard Reventlov
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 770
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Ven 27 Avr - 6:27

Pour conclure sur ce que je pense de Nietzsche, je dirais que je suis assez nietzschéen pour la part qui m'est individuelle, mais que je reprocherai toujours à Nietzsche de n'avoir pas réussi, pour lui-même, la synthèse entre l'individualité et "l'autre" (ce qui n'est pas nous). Il s'est trompé dans ses conclusions.

C'est une philosophie inachevée qui ne sied qu'à ceux qui sont doté d'un ego démesuré et d'une bonne dose de narcissisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bastard Free Rider
De passage
De passage
avatar

Nombre de messages : 40
Age : 31
Localisation : Paris
Date d'inscription : 16/04/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Ven 27 Avr - 7:33

R. Giskard Reventlov a écrit:
...qui ne sied qu'à ceux qui sont doté d'un ego démesuré et d'une bonne dose de narcissisme.

Ca c'est sûr...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cioran
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 666
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Ven 27 Avr - 8:01

Bah pour me faire l'avocat du diable, je suis persuadé que Nietzsche peut aussi aider les introvertis insecures à accéder au concept du "vivre pour soi", qui ne revient pas juste à vivre pour sa gueule, mais qui consiste à ne pas attendre d'un tier ou d'une communauté qu'elle détermine ce qui a de la valeur et quelle est notre valeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radéchan
Actif
Actif
avatar

Nombre de messages : 309
Age : 36
Localisation : Dans le pot de moutarde... (Dijon!)
Date d'inscription : 05/03/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Ven 27 Avr - 8:46

C'est aussi ce que je pense. Je pense aussi que ce que veut Nietzsche, c'est qu'on ne se laisse pas avoir comme des moutons par des gourous. Même si lui-même ne vaut pas un "pet de lapin", sa pensée est libératrice, humaniste.
Bon, je vais manger une carotte moi...
crok crock

_________________
Vivre simplement pour que simplement, d'autres puissent vivre. (Gandhi)

Quand les pêcheurs font la grêve, les poissons dansent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zwardoz
De passage
De passage


Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 19/04/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Ven 27 Avr - 17:53

il existe des tas de citations de N qui sont tout à fait limite délirante
persone de sensé ne songerait à les appliquer

mais le programme global de N est peut-être :
que le monde comme il est, est rigoureusement inhumain, cruel et sans bonté aucune, sinon par terrible dépense de vie aveugle et d'énergie sans raison

en quoi cela ne peut pas s'appliquer aux sociétés humaines ; et effectivement il a comme un aveuglement lui-même sur ce point

par contre si il néglige la régulation humaine de l'homme, il s'enfonce trs profondément dans l'énergie individuelle et ses résonnances strictement persos : en cela il nous en apprend
et comme disait kant "il se peut trés bien que ceux qui lisent un philosophe puissent en savoir plus sur lui que lui-même"
ad ; il est nécessaire de tirer de N ce qu'il peut nous donner ; aprés tout il a passé sa vei à fourbir son arsenal , et la validité de ces critères et expériences ne peuvent pas être négligeables

le "surhomme " (qui fait rire quand même , il faut bien le dire ) est pourtant techniquement (dans le sens de technique philosophique ) celui qui est capable de supporter et d'approuver la violence de ce monde, (ce qui est pour chacun une grande source de motivation), mais aussi d'agir comme le monde avec la même cruauté ou inconsciente cruauté : le débordemnt d'énergie est seul à prendre en compte

c'est trés bizarre parce que c'est à la fois vrai ,
et totalement irréel et surtout inapplicable fort heureusement
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zward.over-blog.com/
R. Giskard Reventlov
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 770
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Ven 27 Avr - 21:55

Radéchan a écrit:
... sa pensée est libératrice, humaniste

Alors là, même Protée n'aurait pas oser. Nietzsche doit se retourner dans sa tombe Smile

Cioran a écrit:
.... je suis persuadé que Nietzsche peut aussi aider les introvertis insecures à accéder au concept du "vivre pour soi" ...

Après les électrochocs, voilà Nietzsche dans le traitement des grands brûlés du cerveau. Bon, ça donne autant de résultat que la lobotomie, mais on a pas besoin de cerveau pour pédaler dans la cave pour faire de l'électricité alternative Smile

Merci Cioran. Je n'avais pas oser dire moi-même que je considérais les nietzschéens comme des handicapés Smile

Zwardoz a écrit:
... il est nécessaire de tirer de N ce qu'il peut nous donner ; aprés tout il a passé sa vie à fourbir son arsenal , et la validité de ces critères et expériences ne peuvent pas être négligeables ...

Voilà l'argument suprême pour convaincre ceux qui ne croyaient pas en Dieu. Des tas de croyants on cru en Dieu toute leur vie, donc Dieu doit exister.

Oui, mais des tas d'athées on également non-cru en Dieu toute leur vie, alors quoi?

Il faudrait demander à Bush. Un gars qui devient président du plus pays le plus puissant du monde doit forcément avoir raison.

Nietzsche a écris des livres, donc c'est un philosophe. Faudrait demander à celui qui a écris la série des "Martine" ce qu'il en pense. La bibliothèque de ma petite sœur en était pleine.

J'ai écris des milliers de posts dans des forums, et vu la longueur moyenne de mes posts, j'ai bien du écrire et penser plus que Nietzsche. Cela fait-il de moi une référence philosophique incontournable? Pas sûr que tous en soit convaincu Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
f u c h s i a
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 653
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Sam 28 Avr - 5:47

Zwardoz, tu dis :
Citation :
le "surhomme " (qui fait rire quand même , il faut bien le dire ) est pourtant techniquement (dans le sens de technique philosophique ) celui qui est capable de supporter et d'approuver la violence de ce monde, (ce qui est pour chacun une grande source de motivation), mais aussi d'agir comme le monde avec la même cruauté ou inconsciente cruauté : le débordemnt d'énergie est seul à prendre en compte

Supporter la violence qui existe dans ce monde : d'accord on n'a pas trop le choix.

Mais l'approuver : non, ce n'est pas digne d'un surhomme.

Et agir avec la même cruauté : encore moins, c'est inhumain.

Comment combattre la violence ?

C'est en ne l' acceptant pas. On ne peut combattre ce fléau qu'en le refusant et en se battant pour qu'il disparaisse à tout jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zwardoz
De passage
De passage


Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 19/04/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Sam 28 Avr - 5:51

euh il ne faut pas confondre quantité et qualité ...
je plaisante

la différence ente n'importe quel écrit philosophique et tout autre religieux, mystique etc ,
tient en ce que la philo délivre un Savoir.
on peut écrire 36000 lignes sur dieu , ça ne constitue pas un savoir ,
puisque l'on ne saura quoi que ce soit d'assurer sur dieu qu'une fois passé de l'autre côté : dieu est hétérogène par rapport au corps du texte

la philo entend donner dans le texte même ce qu'elle avance.
cad analyser chaque élément , si l'on veut; mais comme elle ne prétend pas à la perfection sauf enthousiasme bien humain ,
et en ce cas là je suppose les philosophes pas trop stupides pour croire qu'ils ne seront jamais contredits ... alors la contradiction en est la profesionde foi même;

maintenant si vous estimez qu'il n'y a aucun savoir dans un texte philsophique, c'est comme vous voulez : personne n'oblige quiconque à philosopher ; remarquons que le prosélytisme est bien plus acharné côté religiosité .....
vous pouvez aussi douter de l'existence des choses ou de la validiaté des mathématiques : je n'en vois pas l'utilité , puisqu'il est bien évident que les choses ou les maths ouvrent plus de possibles qu'ils n'en suppriment

et des possibles effectifs, cad ici et maintenant ... pas là-bas et ailleurs.

quant à nietzsche ; il en s'agit pas de dire ; tiens il a écrit des tas de bouquins, donc ça doit être bon ; mais de remarquer qu'il existe une logique interne au travers de la multiplicité de savoirs dispersés (aphorismes en l'occurence) qui augurent d'une continuité et donc d'une efficacité de la production : donc une logique, donc un logos ; une parole explicitée .
ce qui est tout ce que l'on recherche : un savoir .

qu'il faille faire le tri , évidememnt ,qui va prétendre que la glande pinéale est le siège de l'âme (descartes ) ????

ne pas reconnaitre que N est un créateurd de concept et refuser d'entrer dans son point de vue de fait trés fécond,
ok d'accord, mais de par le fait on manque quelque chose, vola tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zward.over-blog.com/
R. Giskard Reventlov
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 770
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Sam 28 Avr - 10:56

zwardoz a écrit:
ne pas reconnaitre que N est un créateurd de concept et refuser d'entrer dans son point de vue de fait trés fécond,
ok d'accord, mais de par le fait on manque quelque chose, vola tout.

Et quel concept a-t-il découvert ? L'individualité ? La belle affaire. Tous les philosophes commencent par là "qui suis-je? où vais-je? etc ? et jugent que ce n'est pas très intéressant. Tu penses bien que si l'égocentrisme et le narcissisme valait la peine de se pencher philosophiquement dessus, on aurait pas attendu Nietzsche pour en parler.

C'est une philosophie assez puérile que chaque être humain explore naturellement dès l'âge de 6 ans quand il acquiert un peu d'indépendance. Nietzsche a juste enrobé les choses pour se justifier à lui-même qu'il pouvait être nihiliste et malgré tout en être fier.

La philosophie de Nietzsche se réduit à "comment envoyer les autres à la gare et ne pas me sentir exclu à mes propres yeux ?". Philosophie d'enfant capricieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zwardoz
De passage
De passage


Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 19/04/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Sam 28 Avr - 13:24

en gros il a voulu prendre le contrepied de toute la rationalité occidentale, servi en cela par une intuition précise de la cruauté de l'Etre tel qu'il est , tandis que la rationalité n'offrait qu'une vision tronquée de ce qui est réellement et recouvrait l'ensemble d'un angélisme fondé sur l'idée du bien et d'une limitée appréciation de notre être effectif ;
comme de juste il est accompagné sur la gauche par freud et marx , qui inversent tout autant la même vision
il est apprécié donc que N est celui qui philosophiquement donne une trés excellente expérimentation (cad trés cohérente, compléte et exhaustive) d'une possible réflexivité différente de celle du sujet (kantien, cartésien etc)
cette différence ne vaut pas seulement par ses critères un peu bordel mais particulièrement significatifs, mais aussi par l'accrochage, dont il méne l'intuition à son terme, à une réalité chaotique dont la finalité est esthétique au sens énorme et enflé certes, mais qui étrangement illustre étonnament l'inhumanité du réel (pour un être humain)
d'autre part , N crée une antériorité ; à savoir ; le sens de l'existence est l'énergie de ce qui est (et non une finalité quelconque à venir ou ailleurs qu'ici)
ce qui ontologiquement est extrêmement pointu.( pas envie de développer)

vous parlez de narcissisme etc, mais franchement ça n'a rien à voir : à moins de viser ceux qui peuvent, ados tout excités, l'interpréter en ce sens.
mais il est bien certain que balancer ce genre de caractérisation sur un philosophe plutot ... euh... important (c'est le moins que l'on puisse dire)
me parait plutot "léger ".
le psychologisme est la pire des interpétations possibles concerant la philo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zward.over-blog.com/
R. Giskard Reventlov
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 770
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Sam 28 Avr - 13:32

Ha bon, mes propos sont léger?

Va donc voir par ici ce que sont des philosophes couillus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zwardoz
De passage
De passage


Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 19/04/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Sam 28 Avr - 13:43

tiens aprés le n'importe nawak , le couillus maintenant ...
décidément c'est la cour de récré de 6éme
c'est quoi votre tactique au juste ?
:-)

j'aime assez les forums animés, voir les engeulades , ça ne me gène pas, c'est vivant quoi, et je n'en veux à personne de se taper une petite colère
ça fait du bien
pourvu qu'il y ait des arguments
sinon désolé les grands mlélodrames déchirants, ça me soûle.


ceci dit , lafesse et tout ça c'est bien marrant parfois , autant que je m'en souvienne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zward.over-blog.com/
f u c h s i a
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 653
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Sam 28 Avr - 14:11

Tu sais Zwardof, il est assez facile de comprendre la psychologie de Nietzsche.

Il vivait dans une famille de pasteurs. Il s'agit tout simplement d'une rebellion adolescente vis-à-vis de sa famille, puis du phénomène religieux à outrance et de tous les dogmatismes religieux.

Il n'est pas le seul. Ainsi Spinoza s'est battu aussi contre les dogmes obscurantistes, et pourtant sa philosophie est bien moins ridicule.

Prouver sa propre valeur en faisant d'autrui un ennemi, ce n'est pas de la philosophie, c'est de la misanthropie. Son arrogance l'a éloigné de tous ses amis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
R. Giskard Reventlov
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 770
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Sam 28 Avr - 14:52

zwardoz a écrit:
tiens aprés le n'importe nawak , le couillus maintenant ...
décidément c'est la cour de récré de 6éme
c'est quoi votre tactique au juste ?
:-)

j'aime assez les forums animés, voir les engeulades , ça ne me gène pas, c'est vivant quoi, et je n'en veux à personne de se taper une petite colère
ça fait du bien
pourvu qu'il y ait des arguments
sinon désolé les grands mlélodrames déchirants, ça me soûle.


ceci dit , lafesse et tout ça c'est bien marrant parfois , autant que je m'en souvienne

Tout ce que j'ai écris aujourd'hui était joke. J'étais dans l'atmosphère de Lafesse. J'ai seulement voulu voir qui allait mordre Smile

Dans le prochain forum où j'écrirai, je prendrai le pseudo de Mr. Ledoux Smile

Cela ne veut pas dire pour autant que Je vais tombé en pâmoison devant Nietzsche. D'ailleurs, il y a un paradoxe chez les nietzschéens qui me fascine : comment peuvent-ils reconnaître un maître en Nietzsche alors que la philosophie de Nietzsche est justement (entre autre) de se libérer de toute aliénation de ce type?

D'ailleurs j'aimerais bien voir un nietzschéen intègre et probe tenter de prouver son indépendance dans une critique rationnelle de l'œuvre de Nietzsche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zwardoz
De passage
De passage


Nombre de messages : 32
Date d'inscription : 19/04/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Sam 28 Avr - 15:34

houla que de procés d'intentions !!!
j'avoue que je ne suis en rien nietzschéen ;
je tire mon parti de ceci de cela
et je suis bien d'accord que la mode nietzschéenne , prise hors du texte lui-même , est plutot n'importe quoi ;
je suis suffisamment lucide (!!) pour ne pas sortir un texte de ce qu'il dit réellement , et l'appliquer n'importe où
et j'ajouterais (pour ceux que ça intéresse), qu'il faut aussi replacer un texte dans l'historicité elle-même ; bref relativiser et si possible recouvrir telle position philosophique dans la grande et incomparable rationalité de notre philo : j'ai dit ailleurs qu'entre descartes et nietzsche il n'y a pas photo : sans la raison et le droit et l'humanisme on n'est rien du tout.
N donc occupe une place à part, de même que heidegger (alors lui je l'aime pas ! mais il apporte néanmoins également quelque chose ; la question c'est : quoi ?
pour cette raison si on tire N ou H du côté de la psychologie , on ne saisit rien du tout , bref on n'est pas plus avancé ; si ils parlent en philosophes , c'est philosophqiuement qu'il faut bagarrer .

quant à la critique de N : c'est ce que je disais précédemment, pour ceux qui n'aurait pas bien lu, (ou je ne suis sans doute mal exprimé);
entre le monde inhumain et l'humain, N choisit l'inhumain et pense pouvoir créer un surhomme capable de cette inhumanité là:
voir camus qui disait déjà , sur nietzsche précisément, que l'homme est à mi chemin entre le monde et l'humanisme, et que de cette contradiction il doit non pas s'effondrer dans l'inhumanité, ni vouloir imposer aveuglément un humanisme (trop limité) ; mais tenir dans l'affrontement même et le monde et l'humain. bref avec intelligence.
camus , le boy-scout, était absolument le plus équilibré qui fût !

quant aux tentatives d'entourloupes , j'ai (un peu ) l'habitude des forums et il y en a toujours un qui déconne (ben tiens ça tombe sur vous ! )
j'aime bien pour ma part voir jusqu'où il peut avancer ... :-)
et comment il va s'en tirer.
parce qu'à tendre des piéges , il faut connaitre la distance

ceci dit, c'était bien marrant :-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zward.over-blog.com/
R. Giskard Reventlov
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 770
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Re: Le mal   Dim 29 Avr - 0:56

zwardoz a écrit:
houla que de procés d'intentions !!!
j'avoue que je ne suis en rien nietzschéen ;

Et j'avoue que vous m'en voyez ravi. On ne pouvait en attendre moins de la part de quelqu'un qui en a "lourd dans la boîte" (rapport à votre pseudo).

zwardoz a écrit:
je tire mon parti de ceci de cela

Et je vous suis en cela. Il faut garder une certaine dynamique à sa pensée.

zwardoz a écrit:
et je suis bien d'accord que la mode nietzschéenne , prise hors du texte lui-même , est plutot n'importe quoi ;

C'est précisément contre cet effet de mode que je lutte. Il est très dévastateur chez les adolescents qui abreuvés dans leur plus jeune âge d'histoire de super héros, croient, l'âge de reflexion arrivé, trouver dans Nietzsche le maître qui les conduira sur les chemins de la super puissance.

zwardoz a écrit:
je suis suffisamment lucide (!!) pour ne pas sortir un texte de ce qu'il dit réellement , et l'appliquer n'importe où et j'ajouterais (pour ceux que ça intéresse), qu'il faut aussi replacer un texte dans l'historicité elle-même ; bref relativiser et si possible recouvrir telle position philosophique dans la grande et incomparable rationalité de notre philo

Lu et approuvé

zwardoz a écrit:
j'ai dit ailleurs qu'entre descartes et nietzsche il n'y a pas photo : sans la raison et le droit et l'humanisme on n'est rien du tout.

Sentence que j'ai mille fois répété dans ce forum et dans d'autres face à des nietzschéens adolescents, barbares et rigolards qu'aucune ignominie ne dérange.

zwardoz a écrit:
N donc occupe une place à part, de même que heidegger (alors lui je l'aime pas ! mais il apporte néanmoins également quelque chose ; la question c'est : quoi ?

Si l'existentialisme pose de bonnes questions, il n'est pas sûr que l'individu ne soit pas tenter de tout rapporter à lui. Ce qui le fait tomber dans l'aberration de se croire extérieur à l'ensemble dont il fait partie et dont il ne peut pourtant pas se dissocier, et de devenir sa seule référence, la seule réalité existante.

zwardoz a écrit:
pour cette raison si on tire N ou H du côté de la psychologie , on ne saisit rien du tout , bref on n'est pas plus avancé ; si ils parlent en philosophes , c'est philosophiquement qu'il faut bagarrer.

Quelle est l'outil d'expression du philosophe sinon le langage. Je ne crois pas que la psychologie soit à rejeter de manière abrupte puisque précisément elle tente d'expliquer le langage, l'outil, et de ce fait la pièce forgée. La raison s'exprimant en nous d'une manière mathématique (logiquement intuitive) ne trouve sa fin que dans la communication à l'autre (sauf chez le nietzschéen), l'outil imparfait qu'est le langage (Le style d'Heidegger, volontairement inaccessible en est la preuve par l'absurde) ne peut se passer de l'interprétation et la psychologie peut bien nous aider en cela. Si la raison communiquait directement à la raison sans l'intermédiaire du langage, il n'y aurait aucune polémique philosophique.

Vous avouerez que la perche que vous m'aviez tendue - à savoir l'argument du "l'expérience valide la vraie connaissance" - pouvait prêter à interprétation rigolote. Vous vous en êtes très bien et très judicieusement sorti dans "la parole explicitée".

zwardoz a écrit:
quant à la critique de N : c'est ce que je disais précédemment, pour ceux qui n'aurait pas bien lu, (ou je ne suis sans doute mal exprimé);
entre le monde inhumain et l'humain, N choisit l'inhumain et pense pouvoir créer un surhomme capable de cette inhumanité là:

C'est précisément ce que je me tue à dénoncer, afin que notre jeunesse ne tombe pas dans la toile dont ils seront l'araignée et qui les engloutira à jamais dans un pensée cannibale. L'humanité est le foyer alimenté par la pensée humaine, et la pensée nietzschéenne la flamme qui s'en échappe pour finir inexorablement dans un feu de paille.

zwardoz a écrit:
voir camus qui disait déjà , sur nietzsche précisément, que l'homme est à mi chemin entre le monde et l'humanisme, et que de cette contradiction il doit non pas s'effondrer dans l'inhumanité, ni vouloir imposer aveuglément un humanisme (trop limité) ; mais tenir dans l'affrontement même et le monde et l'humain. bref avec intelligence.
camus , le boy-scout, était absolument le plus équilibré qui fût !

Lu et approuvé

zwardoz a écrit:
quant aux tentatives d'entourloupes , j'ai (un peu ) l'habitude des forums et il y en a toujours un qui déconne (ben tiens ça tombe sur vous ! )

J'ai pas mal pratiqué aussi. Dans ce forum, j'ai commencé très fort en prétendant être Dieu, précisément pour remettre Dieu en question. Pas d'une manière iconoclaste, mais pour amener mes interlocuteurs à réfléchir sur la toute puissance supposée du discours. Est-ce que l'argumentation du meilleur argumentateur est gage de vérité incontournable ou simplement l'expression d'une vérité imposée par le meilleur argumentateur? J'ai horreur du sophisme, mais face aux sophistes je l'utilise sans vergogne. Rien de tel qu'un coup bas pour ramener à plus d'humilité les adeptes du coup bas. Cela m'expose, bien entendu, à en recevoir également, mais étant sans prétention, je courre peu le risque d'en souffrir dans mon orgueil.

zwardoz a écrit:
j'aime bien pour ma part voir jusqu'où il peut avancer ... :-)
et comment il va s'en tirer.
parce qu'à tendre des piéges , il faut connaitre la distance

J'ai encore du répondant. Je fonctionne par cohérence. Je fixe le cadre de cette cohérence, l'argument suit automatiquement. C'est du sophisme, je le reconnais, mais rien de tel que le sophisme pour combattre le sophisme. Mon but étant simplement de remettre en question les réponses trop bien établies et de susciter la remise en cause qui est seule capable de révolutionner dynamiquement la pensée. J'aime profondément mes semblables et tel le pélican, je suis près à leur offrir mes entrailles sans attendre de retour Smile

zwardoz a écrit:
ceci dit, c'était bien marrant :-)

Je trouve aussi et cela n'avait hier (pas aujourd'hui) pas d'autre but. Je fais d'ailleurs mes plus profondes excuses à Radéchan et à Cioran si ils ont mal perçus mon humour. Je ne leur veux que du bien et je les apprécie beaucoup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le mal   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le mal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Genèse : Forum libre de discussions :: Les rubriques du savoir :: Philosophie-
Sauter vers: