Genèse : Forum libre de discussions

Un forum de discussion libre sur divers sujets et ouvert à tous, axé sur le savoir.
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 extrait

Aller en bas 
AuteurMessage
?
De passage
De passage


Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 02/03/2007

MessageSujet: extrait   Dim 15 Avr - 5:16

Voilà je m’amuse à écrire, par morceaux, une petite histoire, et j’aimerai avoir votre avis sur un petit bout… si ça vaut le coup de continuer, ou s’il vaut mieux arrêter là les dégâts…je pense être près à m’exposer au feu de la critique… Wink


(…)
« Bonjour Bertrand », me dit ma mère, encore de ce ton excessivement heureux qui ne lui allais pas. Mon père aussi me dévisageait comme s’il ne m’avait jamais vu ; ils attendaient quelque chose de moi, c’était certain, une réaction enjouée, dynamique, étonnée, sincère…bref une réaction « normale ». Mais pourquoi s’attendaient-ils encore à ça de ma part ?
N’étant pas à mon aise, sous ses yeux oppressants qui scrutaient mes mouvements, ma bouche et mes yeux, mon regard sautait de ma mère à la petite fille, de la petite fille à mon père, et de mon père à son verre de pastis posé sur la table en verre.

M’adressant à elle :
-« Bonjour, toi. »
(J’avais horreur de ce « toi », il ne m’allait pas, il n’était pas à moi. Mais, faute de mieux…)
-« Comment t-appelles tu ? »
(Là encore, je n’avais pas trouvé mieux comme entrée en la matière.)
-« Maude », dit-elle doucement, timidement, la tête légèrement baissée et les yeux relevés, comme font tous ceux qui fuient l’autre. Elle était donc comme moi !
Mais que répondre à ça ? Là aussi je fis fort dans la banalité :
-« C’est jolie comme prénom.
-Merci…
-Moi je m’appelle Bertrand. »

En ayant assez de ces fausses conventions sociales, et de cette gène démesurée et inutile face à une fille qui ne devait pas avoir plus de dix ans, je me tournais vers ma mère :
-« Qui est-elle ?
-Ta sœur.
-Comment ça ma sœur ?
-Nous l’avons adopté, c’est notre fille maintenant. »

Mon père, spectateur, jubilait de voir son fils étonné. En effet, j’étais désemparé, au moins pendant quelques minutes. Ne sachant pas quoi dire, j’allai m’asseoir sur le fauteuil en face d’eux, laissant l’autre divan, qui était perpendiculaire au canapé, à mon frère et sa femme. Ils étaient en retard, alors que d’habitude, j’étais le dernier, ce qui m’évitait d’ailleurs de me retrouver dans des situations comme celles-ci, seul face à mes parents, bloqué, ne sachant que faire.
(…)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
f u c h s i a
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 653
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: extrait   Dim 15 Avr - 5:47

Bonjour ? (?)

C'est bien.

Si je commençais un livre par ces écrits, j'aurais envie de continuer à lire.

Donc, tu peux continuer.

J'attends même la suite.

Quelle relation va se construire entre Bertrand et Maud ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
?
De passage
De passage


Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 02/03/2007

MessageSujet: Re: extrait   Dim 15 Avr - 16:23

Merci c'est sympa, ça fait vraiment chaud au coeur. I love you

En fait je pensais mettre en place une histoire où Bertrand, personnage complexe (et un peu tordu), tombe amoureux de Maude, est peu à peu devient complètement déchiré au fur et à mesure qu'il s'en rend compte, car il n'est qu'à moitié pervers...

Et puis ça finirai de manière assez tragique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prométhée
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: extrait   Lun 16 Avr - 3:28

Pas trop mal. Mais celà reste un extrait, et il faut juger bien souvent au contexte.

Sinon;

'En effet, j’étais désemparé, au moins pendant quelques minutes'

Je t'invite à utiliser 'effectivement' ainsi que le temps du passé simple, pour mettre de la dynamique dans la narration. Ainsi:

Effectivement, je fus désemparé au moins pendant quelques minutes'.
Le fait de tout mettre à l'imparfait nuit au rythme.
Et attention à l'orthographe des temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cioran
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 666
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: extrait   Lun 16 Avr - 3:47

A la grammaire, quoi Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
?
De passage
De passage


Nombre de messages : 34
Date d'inscription : 02/03/2007

MessageSujet: Re: extrait   Lun 16 Avr - 8:35

Vraiment navré d'avoir fait des fautes de conjugaison...Embarassed
Je vais essayer de corriger ça.
Euh...si tu pouvais me les montrer, ça m'aiderai bien, je suis tellement aveuglée par ma propre bêtise... Embarassed

Sinon tu as raison Prométhée, il faut dynamiser tout ça!


(Voilà la suite, qui j'espère vous permettra de mieux juger... Smile )



Ils avaient désenchanté, ils regardaient par terre, déçus que je ne sois pas paru heureux pour eux. Et moi j'étais déçu de ne pas avoir su être heureux.
Je décidai alors de rectifier le tir:

-"La famille s'agrandit, c'est génial! Ca vous fait quoi d'être à nouveau parents?"

Mon sourire était presque sincère. Ils en furent ravis.

-"C'est une vie qui recommence, une nouvelle raison de vivre...", dit mon père ému.

Et ma mère reprit:

-"Tu sais Bertrand, nous avions tant d'amour à donner, et personne pour l'accepter...Maude avait besoin d'amour, et nous avions besoin d'aimer...Regardes comme elle est belle..."
Elle caressait ses cheveux noirs, passait doucement sa main sur ses petites épaules, d'un geste de mère, celui de n'importe quelle mère, de ces gestes qui ne vieillissent pas. C'était comme ça aussi qu'elle me touchait, quand j'étais enfant, c'était de ces yeux-là qu'elle m'aimait.

On sonna à la porte. Sortant de cette mélancolie, mélancolie de tout homme qui regrète l'enfance, je me levai d'un bond pour aller ouvrir.
C'était Arthur, toujours aussi beau, le regard rieur, et Mélanie, toujours aussi belle, avec ces mêmes yeux bleus qui disent tant en se braquant sur moi, ces mêmes cheveux bruns qui épousent les formes de son corps...
Ils s'étaient assis sur le divan, et pendant qu'ils assaillaient mes parents de questions, qu'ils les félicitaient, qu'ils riaient, je regardais Mélanie et ses hanches parfaites...Stop! Heureusement que mon autodiscipline faisait parfois sursaut.

On passa à table. Ma mère s'était surpassé: la viande d'agneau, cuite à feu doux pendant des heures, avec minutie et prudence, était aussi sucrée que du caramel. Délicieux, j'avais toujours adoré cette sorte de sucré-salé, mais là c'était mieux encore, le salé frôlait le sucré.

-"Vous avez raison de saisir votre vie", dit Mélanie, "d'en profiter. J'admire votre courage."

Elle avait vraiment l'air bête quand elle parlait ainsi. Je préférais son silence.

-"Oh merci Mélanie", répondit mon père, "je pense que tu as tout à fait raison. La vie est faite pour être saisie...non? Saisis la tienne, avec Arthur...réalisez vos projets, vos envies...vivez! Ne subissez pas votre existence, vivez-là!"

Je trouvais ça assez marrant chez mon père cette capacité à être philosophe malgré lui.

Ma mère renchérit:
-"C'est l'amour le plus important."

On avait atteint un niveau assez exeptionnel de ridicule à présent. On dirait qu'ils prenaient plaisir à dire des choses vides. Etonnant,mais habituel.
Mais mon frère, s'adressant à Maude, redressa la situation:
-"Parle nous de toi un peu, Maude, car maintenant que tu fais partie de notre famille, nous on veut tout savoir de toi!"

Il avait dit ça d'un ton paternel, très touchant, très bienveillant.
Une petite voie triste répliqua doucement:
-"Euh...eh bien je n'ai jamais connu mes parents...j'ai toujours été en France...c'était toujours pareil...et puis aujourd'hui j'ai l'impression d'avoir une famille."

Cela avait jeté un froid. Le silence se fit.
Alors j'intervins:
-"Maintenant c'est nous ta nouvelle famille, tu vas voir, tu vas aimer ta nouvelle vie."

Elle me répondit en souriant, puis redirigea ses yeux timidement vers son assiette, génée. L'atmosphère redevenait peu à peu normale, c'est-à-dire ennuyante, et moi aussi je replongeais mon nez dans mon assiette, à attendre que le repas soit fini.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
f u c h s i a
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 653
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: extrait   Lun 16 Avr - 13:50

Donc Bertrand va tomber amoureux de Maude.

Elle n'est pas sa soeur biologique.

Malgré l'abense de liens du sang, il va donc malgré tout la considérer comme sa soeur et les parents la considérer comme leur fille. Moralement, il va donc estimer ne pas pouvoir se lier à elle.

Un drame en perspective; digne des tragédies grecques sunny

Oui, je t'encourage. L'écriture est un bon passe-temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
f u c h s i a
Fidéle
Fidéle
avatar

Nombre de messages : 653
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: extrait   Lun 16 Avr - 13:54

Mais attention à la chronologie.

On ne sait pas l'âge de Bertrand. Et la petite fille semble avoir à peine dix ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Prométhée
Fidéle
Fidéle


Nombre de messages : 426
Date d'inscription : 08/03/2007

MessageSujet: Re: extrait   Lun 16 Avr - 15:36

'Oui, je t'encourage. L'écriture est un bon passe-temps.'

Excellent même. Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: extrait   

Revenir en haut Aller en bas
 
extrait
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Extrait du Livre de la Loi d'A. Crowley
» Extrait sur les Bodhisattva - Gyétrul Jigmé Norbu Rinpoché
» Extrait de René - Chateaubriand
» Extrait d'enseignement: Ecouter, Contempler et Méditer par SS le 17ème Karmapa
» extrait d'un livre très intéressant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Genèse : Forum libre de discussions :: Les rubriques du savoir :: Poésie-
Sauter vers: